Jeudi 13 décembre 2018 | Dernière mise à jour 00:21

États-Unis L'improbable échange Facebook entre la police et un fugitif

Recherché par les forces de l'ordre, un homme de Richland (US) a répondu à son propre avis de recherche sur le réseau social, donnant lieu à une conversation des plus insolites.

Le surprenant échange entre Anthony Ackers et la police de Richland a été suivi par des centaines d'internautes sur Facebook.

Le surprenant échange entre Anthony Ackers et la police de Richland a été suivi par des centaines d'internautes sur Facebook. Image: RPD/Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En l'espace de quelques jours, Anthony Akers s'est forgé une sacrée réputation sur la Toile.

Recherché par la police de Richland, dans l'État de New York, pour «défaut de comparution», cet Américain de 38 ans a surpris son monde en répondant en personne à son propre avis de recherche sur Facebook. «Du calme, je vais me rendre», a-t-il écrit en commentaire de la publication.

Et le message du fugitif a fait mouche puisque la police a décidé d'entrer dans son jeu. «Hé Anthony, on ne t'as pas encore vu, lui a-t-elle répondu. Nous sommes ouverts de 08h à 17h du lundi au vendredi. Tu peux bien entendu nous appeler si tu as un besoin d'un transport et on passera te prendre.»

Mais Anthony Akers avait visiblement certaines choses à régler avant de se rendre au commissariat, où il allait sûrement devoir rester un certain temps. «Merci, je dois juste régler quelques détails vu que je vais probablement y rester pour un mois. Je devrais être là d'ici 48 heures», a-t-il écrit.

Malheureusement pour la police, le fugitif n'a pas tenu parole, devenant de plus en plus discret sur Facebook. Et les nombreux internautes qui avaient suivi l'insolite échange ont commencé à s'interroger sur ce qu'il était devenu. «S'est-il rendu?», s'est notamment interrogé l'un d'eux. «Il ne s'est pas rendu», lui a répondu la police.

Mais Anthony Akers a fini par refaire surface, répondant avec dérision à plusieurs piques lancées par certains internautes. Ce qui a amené la police de Richland à lui adresser un hilarant message digne d'un échange romanesque. «Lundi morose. Cher Anthony, est-ce de notre faute? Mercredi dernier, nous te contactions en tant qu'individu "recherché". Tu nous as répondu et même dis que tu allais te rendre. Nous avons attendu, mais tu n'es jamais venu. Après que tu nous aies fait faux bond, nous t'avons contacté à nouveau, te proposant cette fois de venir te chercher. Tu nous a répondu et dis qu'il te fallait 48 heures. Le weekend est arrivé. Nous commençons à penser que tu ne viendras pas. Appelle nous quand tu veux et nous viendrons à toi.»

Ce à quoi le fugitif a répondu sur le même ton mélancolique. «Chère RPD, ce n'est pas vous, c'est moi. J'ai manifestement des problèmes à tenir mes engagements. Je m'excuse de vous avoir posé un lapin, mais laissez-moi me rattraper. Je serai là au plus tard demain midi. Je sais que vous n'avez aucune raison de me croire après ce que je vous ai fait, mais je promets qui si je ne suis pas là dans les délais, j'appellerai un transport pour m'aider à tenir mes engagements. Merci d'avance pour votre réponse si vous me laissez une autre chance. Je sais que je ne le mérite pas. PS: Vous êtes beaux.»

Et l'improbable échange a connu son épilogue avec un dernier message d'Anthony Akers. «Me voilà pour notre rendez-vous ma chérie», a-t-il écrit en commentaire d'une photo de lui sur le chemin du commissariat.

Selon «KHQ», Anthony Ackers a été enregistré à la prison du comté de Benton, dans l'Arkansas, quelques heures après sa dernière publication. Et s'il se trouve donc probablement dans une cellule à l'heure qu'il est, il pourra au moins se targuer d'avoir bien fait rire la Toile. (Le Matin)

Créé: 06.12.2018, 16h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.