Samedi 20 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:00

Dubaï La Norvégienne condamnée après un viol a été graciée

Dubaï a gracié lundi la Norvégienne Marte Dalelv. Elle avait été condamnée mercredi pour comportement indécent après avoir dénoncé son viol.

Marte Dalelv a reçu l'autorisation de rentrer chez elle.

Marte Dalelv a reçu l'autorisation de rentrer chez elle. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La jeune Norvégienne Marte Dalelv, condamnée à Dubaï à 16 mois de prison après avoir porté plainte pour viol, a été graciée lundi par les autorités de l'émirat du Golfe et autorisée à rentrer dans son pays.

Son patron, jugé dans la même affaire et condamné à 13 mois de prison pour consommation d'alcool et rapports sexuels consensuels, a été également gracié, a indiqué l'avocat de la Norvégienne, Mahmoud Azab.

«J'ai été informée que j'étais graciée», a déclaré Marte Dalelv aux journalistes, ajoutant qu'elle avait récupéré ses documents de voyage et qu'elle allait quitter Dubaï pour son pays «le plus tôt possible».

«Je suis très, très heureuse. C'est un dénouement parfait», a encore dit, souriante, la jeune fille, en chemise blanche et jupe. Elle s'est adressée à la presse au centre culturel norvégien Seamen à Dubaï, après une audience au parquet de la ville où, selon elle, on lui a signifié sa grâce.

Seize mois de prison

Marte Dalelv, 24 ans, avait été condamnée mercredi à 16 mois de prison par un tribunal de Dubaï pour comportement indécent - à savoir une relation sexuelle hors mariage - parjure et consommation d'alcool. Elle avait accusé son patron de l'avoir violée lors d'un voyage d'affaires dans l'émirat.

La Norvégienne avait fait appel, et en attendant avait trouvé refuge dans une église norvégienne de Dubaï, située dans les locaux du centre Seamen, d'où elle a lancé un appel à une aide financière après avoir dépensé ses économies en frais d'avocat.

Autorisation de quitter le pays

A Oslo, le ministre norvégien des Affaires étrangères, Espen Barth Eide, a annoncé lundi sur Twitter que la jeune fille avait été autorisée à quitter les Emirats. «Marte est libérée! Merci à tous ceux qui se sont signalés pour l'aider», a-t-il écrit.

Une porte-parole du ministère, Ragnhild Imerslund, a indiqué à l'AFP que Marte Dalelv avait été graciée par le souverain de Dubaï, cheikh Mohamed Ben Rached Al-Maktoum, qui est également vice-président et Premier ministre de la fédération des Emirats.

L'ambassade de Norvège aux Emirats a confirmé de son côté que la jeune femme avait reçu l'autorisation de quitter le pays. «Elle a non seulement été graciée mais elle peut rester jusqu'à ce qu'elle décide elle-même de partir et elle a été autorisée à revenir à tout moment aux Emirats arabes unis», a déclaré à l'AFP l'ambassadrice Aase Bjerke.

Patron remis en liberté

«Elle a été graciée. Elle peut rester à Dubaï si elle le souhaite», a précisé à l'AFP une porte-parole du ministère des Affaire étrangères à Oslo, Ragnhild Imerslund. «Elle va rentrer à la maison bientôt», en prenant un vol pour Oslo dans les jours à venir, a-t-elle ajouté.

«Marte a été victime de la mauvaise moralité de son patron», a déclaré aux journalistes Me Azab.

La Norvégienne, venue de Doha pour une mission professionnelle à Dubaï lorsque l'incident a eu lieu en mars, a indiqué à l'AFP qu'elle n'avait pas encore décidé si elle allait retourner au Qatar.

Son patron, la trentaine, un Soudanais identifié comme étant M. Hawari, «a récupéré lui aussi son passeport» et a été remis en liberté, a affirmé l'avocat.

Indignation en Norvège

Le cas de Marte Dalelv avait suscité l'indignation en Norvège, dont le ministre des Affaires étrangères s'était fait l'écho vendredi. «Il semble très étrange qu'une personne qui dénonce un viol soit condamnée pour des actes qui dans notre région du monde ne sont même pas des délits», avait-il dit.

Mais la responsable juridique du ministère des Affaires étrangères, Kathrine Raadim, avait exclu un possible rappel de l'ambassadrice de Norvège en poste aux Emirats, estimant que cela risquerait «d'aggraver la situation de Dalelv».

L'opposition avait demandé au gouvernement de mieux aider la jeune femme et de «la laisser résider à l'ambassade d'Abou Dhabi, où elle ne pourrait pas être appréhendée», avait affirmé un parlementaire du Parti du progrès (droite), Per Willy Amundsen. (afp/nxp)

Créé: 22.07.2013, 15h40

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.