Jeudi 13 décembre 2018 | Dernière mise à jour 00:21

Italie La foule panique dans une discothèque: 6 morts

Un mouvement de foule a eu lieu dans une discothèque italienne, près d'Ancône. Il y a 6 morts et des dizaines de blessés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un mouvement de panique parmi des centaines de jeunes réunis pour un concert de rap dans une discothèque à Corinaldo, près d'Ancône en Italie, a fait six morts et des dizaines de blessés dans la nuit de vendredi à samedi.

«Peut-être à cause de la dispersion d'une substance irritante, les jeunes ont fui en se marchant les uns sur les autres. Malheureusement, six sont décédés et il y a des dizaines de blessés», ont annoncé les pompiers italiens sur Twitter.

«Code rouge»

Le drame s'est déroulé vers 1 heure du matin et a fait selon les médias plus d'une centaine de blessés. Dino Poggiali, commandant des pompiers d'Ancône, a fait état à la télévision de 14 blessés en «code rouge», le niveau d'urgence plus élevé, dont «quelques-uns plus graves que les autres», et 40 blessés en «code jaune», le niveau d'urgence intermédiaire.

Selon les médias, les six personnes décédées sont cinq mineurs -- trois filles et deux garçons -- et une adulte, une femme qui était venue accompagner sa fille au concert. Il y avait environ un millier de personnes, dont beaucoup d'adolescents, dans la discothèque Lanterna Azzurra (Lanterne bleue), dans une zone rurale proche de la côte adriatique, dans le centre de l'Italie.

Elles étaient venues écouter un concert de Sfera Ebbasta, un rappeur très populaire parmi les jeunes, surnommé le «roi de la trap», une forme de rap au rythme lent.

«Odeur âcre»

«Nous étions en train de danser en attendant que le concert commence quand nous avons senti une odeur âcre», a raconté à des médias un jeune blessé de 16 ans, transporté vers un hôpital d'Ancône. «Nous avons couru vers une des sorties de secours mais nous l'avons trouvée bloquée, les videurs nous disaient de rentrer». «On manquait d'air»

Le mouvement de foule aurait été suscité avant le début du concert par la dispersion d'une substance irritante. La balustrade d'un petit pont menant au parking a alors cédé et plusieurs dizaines de personnes sont tombées, à un mètre en contrebas.

Les blessés les moins graves ont été pris en charge dans l'hôpital le plus proche à Senignallia, tandis que les autres ont été conduits à Ancône, où plusieurs jeunes sous le choc ont raconté leur soirée aux médias.

«A un moment, nous avons commencé à tousser, on manquait d'air comme quand il y a un incendie et on est tous allés vers la sortie. Il y a eu des jeunes qui sont tombés, piétinés par les autres qui couraient», a raconté l'un d'eux.

«Beaucoup de jeunes voulaient sortir et ont commencé à pousser. Puis on est tous tombés par un effet domino, certains sont tombés sur moi et je suis tombée sur d'autres, j'avais les jambes écrasées», a raconté Giulia Bucci, 18 ans.

Une mère accourue auprès de sa fille hospitalisée à Ancône, s'est dite très marquée par une autre mère, dont la fille a perdu la vie: «Elle tenait à peine sur ses jambes, elle criait et pleurait, elle répétait: C'était ma fille, elle avait seulement 14 ans, vous vous rendez compte... ».

Devant l'hôpital, Gabriele Santini raconte avoir trouvé sa petite-fille de 15 ans, légèrement blessée, encore sous le choc. «Quand je suis arrivé, on aurait dit un zombie. Dès qu'elle se met à parler de ce qui s'est passé cette nuit, elle fond en larmes».

«On ne peut pas mourir comme ça»

Dans la nuit, les alentours de la discothèque ont été le théâtre d'un va et vient d'ambulances et de secouristes au milieu des cris et des pleurs des proches des victimes, tandis qu'une pile de chaussure abandonnées témoignait de la panique, a rapporté le journal local en ligne Ancona Today.

«Ce n'est pas possible! On ne peut pas mourir comme ça. Réveille-toi Mattia, je t'en supplie», hurlait une femme agenouillée devant le corps de son fils, selon Ancona Today.

Les blessés, qui souffrent de traumatismes et de lésions, ont été transportés à l'hôpital le plus proche, à Senigallia, d'où les plus graves ont ensuite été transférés à Ancône. Outre les équipes de secours, des enquêteurs sont arrivés sur les lieux pour tenter de déterminer les causes du drame, qui semble avoir été provoqué par l'utilisation d'un spray irritant. La discothèque a été placée sous séquestre.

Un précédent

En Italie, ces faits rappellent l'énorme bousculade qui avait fait un mort et 1'500 blessés en juin 2017 lors de la retransmission de la finale de la Ligue des champions de football sur la place San Carlo à Turin.

Quelques minutes avant la fin de la finale qui avait vu la Juventus Turin s'incliner devant le Real Madrid, un mouvement de panique provoqué par des rumeurs de bombe s'était propagé parmi les quelque 20'000 personnes venues assister à la rencontre diffusée sur écran géant.

Après près d'un an d'enquête, huit personnes ont été arrêtées en avril, soupçonnées d'avoir provoqué la bousculade en dispersant un spray irritant sur la foule rassemblée sur la place. Le groupe aurait utilisé ce procédé afin de dérober des objets de valeur à des spectateurs.

(afp/nxp)

Créé: 08.12.2018, 06h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.