Dimanche 16 juin 2019 | Dernière mise à jour 22:43

France Maltraitance: le chat Mickey ira devant la justice

Un chaton noir avait été retrouvé jeté dans une poubelle dans le Vaucluse. Son avocate entend le présenter devant les juges.

Un chaton noir miraculé est au cœur d'une longue guerre juridique.

Un chaton noir miraculé est au cœur d'une longue guerre juridique. Image: Photo d'illustration, iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y aura pas de «levez la papatte et dites je le jure» car le sujet est sérieux et grave. Mais un chat se retrouvera bel et bien au tribunal le 1er octobre prochain à Carpentras. Son avocate en a fait hier la promesse.

L’affaire date de fin juillet 2018 et a connu plusieurs rebondissements. À l’origine, un petit chaton noir avait été jeté dans une poubelle à Caderousse, près d’Orange, dans le Vaucluse.

Empoisonnement reconnu

Une habitante avait découvert le chat «moribond» d’une voisine dans le sous-sol de sa maison. Elle avait demandé l’aide d’un jeune couple de sa famille. Qui avait enveloppé le minou dans un linge puis l’avait déposé dans une benne à ordure. Mais une passante avait ensuite entendu des miaulements et avait appelé les pompiers. Un vétérinaire avait finalement conclu à un empoisonnement mais le chat baptisé Mickey avait été sauvé. Et il se porte bien aujourd’hui.

Le cas s’était d’abord soldé par un simple «rappel à la loi» à l’encontre du couple. «Après enquête par les services de gendarmerie et examen par deux magistrats, il s’est avéré qu’il n’y avait pas de dimension intentionnelle dans cette affaire», avait tranché la justice de Carpentras, expliquait «La Provence». Les deux jeunes gens «pensaient que le chat était mort. Ils ont pris des égards en l’enveloppant.»

«Nous reviendrons plus fort!»

Cette conclusion a été jugée inadmissible par l’avocate marseillaise Isabelle Terrin, spécialisée dans la défense de la cause animale. Selon elle Mickey est la preuve vivante que la cruauté envers les animaux n’est pas assez sanctionnée en France. «Il faut une répression plus sévère, sinon c’est une véritable autorisation qui est délivrée», avait-elle plaidé. Elle avait donc cité les trois personnes incriminées à comparaître. Audience prévue le 23 avril.

Mais hier, l’audience a été renvoyée au 1er octobre. «Le magistrat du parquet a affirmé que j’instrumentalisais la justice. On ne m’a jamais parlé comme ça en 28 ans de carrière», tonne l'avocate dans «La Provence» de ce mercredi. Dans le «Dauphiné», Isabelle Terrin parle d'un échange «musclé» avec le procureur. Et promet: «Nous reviendrons plus fort! Et Mickey sera avec nous!»

À suivre en octobre, donc. Mais quel que soit le verdict des juges, on imagine qu’ils risquent de ne pas apprécier la «manœuvre» consistant à venir avec un chat à la barre.

(Le Matin)

Créé: 24.04.2019, 12h41

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.