Mercredi 22 janvier 2020 | Dernière mise à jour 07:54

Inde «On a la pollution, alors pourquoi la peine de mort?»

Coupable d’un crime qui a horrifié l’Inde, un condamné à mort demande à être épargné pour une raison extravagante.

Akshay Singh Thakur est l'un des six auteurs de l'atroce viol collectif de Delhi de 2012.

Akshay Singh Thakur est l'un des six auteurs de l'atroce viol collectif de Delhi de 2012. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Akshay Singh Thakur est l’un des auteurs de l’abominable viol collectif de New Delhi, fin 2012, qui avait horrifié toute l’Inde et engendré de gigantesques manifestations populaires. Avec cinq autres hommes, il avait abusé sexuellement et torturé une jeune femme de 23 ans à l’arrière d’un bus. Elle n’avait pas survécu à ses blessures, décédant quelques jours plus tard.

Pour ces atrocités, Akshay Singh Thakur a écopé de la peine de mort par pendaison en 2013. Un verdict confirmé en appel puis validé deux fois par la Cour suprême indienne. Et voilà qu'il fait reparler de lui pour une bien étrange raison: il demande à être épargné… à «cause de la pollution».

«Vous avez bien lu», note «India Today» à l’intention de ses lecteurs, avant de taxer l’argument d’«absurde».

«La vie est toujours plus courte»

Concrètement, l’homme a envoyé un long plaidoyer à la Cour suprême de son pays. Dans lequel un passage «inexplicable» est consacré à la pollution. «Il est important de rapporter ici que la qualité de l’air de Delhi et de son métro est détruite et comme une chambre à gaz. L’eau de Delhi est également pleine de poison. Tout le monde est au courant de ce qu’il se passe à Delhi concernant l’air et l’eau», a-t-il écrit.

Puis Akshay Singh Thakur a enchaîné par une question: «La vie est toujours plus courte, alors pourquoi la peine de mort?»…

On laissera aux juges la responsabilité de trancher sur la pertinence de cet argumentaire. «India Today» rappelle que le viol de l’étudiante Jyoti Singh, qui avait d’abord été surnommée Nirbhaya, «sans peur», avant d’être identifiée, avait créé une onde de choc et des protestations dans tout le pays. Qui avaient mené l’Inde à durcir ses peines contre les viols et agressions sexuelles.

R.M.

Créé: 15.12.2019, 11h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.