Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 20:10

Justice Procès Guignard: l'ex-pâtissier, malade, quitte l'audience

Le célèbre ex-pâtissier a quitté le tribunal en fin de matinée car il ne se sentait pas bien. Il doit être jugé ce lundi pour avoir grugé seize personnes avec un projet immobilier et utilisé leur argent.

Pour mener à bien son plan, Philippe Guignard comptait sur sa notoriété. Il a escroqué plus de 3 millions de francs pour éponger des dettes.

Pour mener à bien son plan, Philippe Guignard comptait sur sa notoriété. Il a escroqué plus de 3 millions de francs pour éponger des dettes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le procès de Philippe Guignard a été suspendu lundi en fin de matinée. L'ancien pâtissier, accusé d'escroquerie, s'est senti mal et a dû quitter la salle d'audience à Renens (VD).

L'état de santé de l'ancienne star des fourneaux, qui souffre de dépression depuis plusieurs années, a été abordé dès le début de l'audience. «Je viens de faire deux nuits à l'hôpital psychiatrique, je suis à bout», a-t-il déclaré. Il a néanmoins dit vouloir aller au terme de son procès, prévu sur huit jours.

Lundi peu avant midi, alors que deux plaignants étaient interrogés, Philippe Guignard a interpellé le juge et demandé à sortir. Vacillant, il a été conduit hors de la salle par une autre plaignante, professionnelle de la santé.

Si l'état de M. Guignard le permet, le procès doit reprendre lundi à 14h00. L'ancien pâtissier, qui exploitait plusieurs établissements renommés dans le canton de Vaud au temps de sa splendeur, se retrouve au tribunal pour escroquerie, déloyale aggravée et gestion fautive.

Argent détourné

Il est accusé d'avoir dupé seize personnes entre 2011 et 2013 avec un projet immobilier et utilisé leur argent - plus de trois millions de francs - pour éponger des dettes personnelles et de sa société. Il aurait bénéficié de l'aide de trois comparses, qui doivent répondre cette semaine à Renens de complicité d'escroquerie.

Un premier couple de plaignants a été interrogé lundi matin. Ils ont raconté que le projet immobilier à Orbe était «bien ficelé» et ne semblait «pas risqué». La présence dans l'opération d'un notaire - qui figure parmi les prévenus - et une cédule hypothécaire de premier rang comme garantie ont achevé de les convaincre.

«C'est pénible de voir à quel point on s'est fait avoir», a déclaré le mari qui, avec son épouse, a versé 250'000 francs pour ce pseudo projet immobilier. «On se croyait prudent. Mais je me dis depuis que nous avons été un peu naïfs», a-t-il reconnu.

Faillites

Le stratagème mis en place par Philippe Guignard et ses coprévenus n'a pas suffi à le sauver de la banqueroute. Sa société est tombée en faillite en 2014 et le pâtissier a été lui-même déclaré en faillite personnelle quelques mois plus tard.

Atteint dans sa santé, l'ancien président du Lausanne-Sport (2002-2006) a tenté de se relancer en 2015. Mais son nouvel établissement à Orbe a dû fermer au printemps 2019, Philippe Guignard ayant été rattrapé par la maladie. (ats/Le Matin)

Créé: 29.06.2020, 09h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.