Vendredi 25 mai 2018 | Dernière mise à jour 08:35

Escroquerie Suissesse en Espagne rançonnée... pour entrer chez elle!

Impuissante, une Suissesse a découvert une famille de squatteurs dans sa maison de vacances en Espagne. La police ne peut rien faire et lui interdit de s’en approcher.

Confrontation avec les squatteurs dans cette vidéo prise par les propriétaires de la maison de vacances en Espagne.
Vidéo: dr

Galerie photo

Suissesse en Espagne rançonnée... pour entrer chez elle!

Suissesse en Espagne rançonnée... pour entrer chez elle! Impuissante, une Suissesse a découvert une famille de squatteurs dans sa maison de vacances en Espagne. La police ne peut rien faire et lui interdit de s'en approcher.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Se voir exiger 3000 euros afin de pouvoir récupérer son logement occupé illégalement. C’est ce que vivent actuellement Claudette Böck et son compagnon dans le sud de l’Espagne. Cette Suissesse, qui a longtemps habité à Lausanne, souhaitait passer quelques mois dans sa résidence de vacances, à Alicante. Arrivée sur place, elle a vite déchanté en découvrant un couple, avec un adolescent et un chien, qui squattait chez elle. Cette famille refuse de quitter les lieux. À moins de céder au chantage financier des squatteurs. Ils demandent une sorte de rançon pour quitter sa villa, ce qu’elle et son ami refusent.

Excédée, Claudette s’est rendue hier matin chez elle. «Nous surveillions les lieux avec l’aide de voisins, explique-t-elle. L’homme et la femme avaient quitté la villa, et nous avons pensé que leur enfant était à l’école.» Mais en rentrant dans la cour de leur demeure, l’ado est apparu et a aussitôt appelé la Guardia civil. Des agents sont arrivés pour… embarquer Claudette et son ami au poste de police! «Ils m’ont même menottée pour m’amener là-bas, comme si j’étais la délinquante», s’indigne l’ancienne Lausannoise.

Elle est accusée de violation de domicile et a reçu l’ordre de rester à l’écart de la villa occupée pourtant de manière illicite. Claudette a contre-attaqué en déposant de nouveau une plainte. Elle a aussi tenté de faire couper l’électricité de sa villa auprès des Services industriels de la ville, en vain. «Il y a plusieurs compagnies d’électricité et il semble que les occupants aient montré de faux documents et obtenu ainsi un contrat à leur nom, je n’y comprends rien», s’indigne la propriétaire lésée.

Pratique mafieuse

Avec son compagnon, ils sont à présent obligés de louer un petit appartement dans un village voisin. Et elle sait d’ores et déjà qu’elle va devoir être très patiente. Ce phénomène, de type mafieux, est connu sous le nom d’«okupas» depuis des années en Espagne. De nombreux individus, souvent issus de pays d’Europe de l’Est, prennent possession de logements vides et y logent des squatteurs illégalement. Ils misent sur une législation lacunaire dans ce pays, ainsi qu’une justice très lente.

Claudette dit d’ailleurs avoir déjà vécu un tel enfer. D’autres individus avaient, il y a quelques années, pris possession de sa résidence de vacances souvent inoccupée. Elle déclare avoir alors attendu près de dix ans pour parvenir à les faire déguerpir par un juge.

En 2017, un couple de Zurichois retraités avait décrit la même mésaventure espagnole dans le journal alémanique «Blick». (Le Matin)

Créé: 18.05.2018, 08h01

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.