Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 12:21

Incendies «Un court-circuit et la voiture prend feu»

De nombreux véhicules s’enflamment sur les routes romandes. En cause notamment, l’électronique embarquée et la négligence des conducteurs. Explications des pompiers et d’un garagiste.

Le 29 août dernier, cette Mercedes s’est soudain embrasée sur la route entre Payerne et Grandcour.

Le 29 août dernier, cette Mercedes s’est soudain embrasée sur la route entre Payerne et Grandcour. Image: Rémy Gilliand / La Broye

CE QU’IL FAUT FAIRE EN CAS D’INCENDIE

GARER LE VÉHICULE Sur l’autoroute, parquer la voiture sur la bande d’arrêt d’urgence. Sur une route cantonale, trouver un endroit libre le plus à droite du trafic. Mais pas à côté d’une autre voiture, sous un arbre ou dans un champ de blé. Couper le moteur, tirer le frein à main pour immobiliser le véhicule, laisser les portes ouvertes et la clé sur le contact.

ÉTEINDRE LE FEU En phase initiale du feu uniquement (les deux premières minutes), essayer d’éteindre le feu avec l’extincteur, s’il y a un dans la voiture, car il n’est plus obligatoire. Surtout ne pas ouvrir le capot, car risque d’appel d’air et retour de flammes. Sinon quitter le véhicule et enfiler, dans la mesure du possible, les gilets de sécurité.

À L’ABRI Trouver un lieu sûr à 20 m du sinistre dans le sens contraire du vent. Sur l’autoroute, se réfugier derrière les barrières de sécurité. Donner les premiers soins aux blessés.

APPELER LES SECOURS Ne plus s’engager sur la chaussée. Appeler le 117 ou le 118 en précisant aux policiers ou aux pompiers le carburant de la voiture.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’étais dans un état second, mais j’ai réussi à garder mon calme et à agir juste», raconte Xavier, encore chamboulé par une surprenante expérience. Il y a quelques semaines, alors qu’il roulait sur l’A12 entre Vevey et Châtel-Saint-Denis, son bus a pris feu. Un incident courant ces derniers jours, avec notamment une camionnette qui a été la proie des flammes mardi au Mont-sur-Lausanne, ou une voiture qui a brûlé sur l’autoroute entre Yverdon et Chavornay dimanche passé. Un peu partout en Suisse romande, les carcasses de véhicules consumées se multiplient au bord des routes. Simple loi des séries ou progression fulgurante?

«L’année 2012 est assez exceptionnelle», note le major Eric Henry, commandant du SIS Morget, à Morges. Sur le long terme, il ne constate pourtant pas d’augmentation significative: «Une période, vous en avez trois en même temps, et puis plus rien jusqu’à la fin de l’année.» Un constat similaire dans les autres cantons romands. Les chiffres des polices cantonales oscillent selon les années entre 3 à 5 voitures privées prenant feu pour causes techniques alors que l’automobiliste est en train de rouler. Comment cela se fait-il alors que les véhicules actuels bénéficient d’une technologie de pointe?

Modernes mais inflammables

«Si les autos modernes se veulent plus fiables, leurs nouveaux systèmes peuvent s’avérer parfois très vite inflammables», souligne Roland Bandieri, garagiste et président de la section vaudoise de l’Union professionnelle de l’automobile: «Les constructeurs cherchent à améliorer le rendement des petites cylindrées pour qu’elles consomment moins avec des moteurs turbocompressés. Suite à un choc ou une vibration anormale, le tuyau qui lubrifie le turbo peut se fissurer et ça gicle sur l’échappement à 500 degrés, ça s’enflamme tout de suite», explique-t-il. «Sans parler des problèmes liés à l’électronique: un simple court-circuit suffit et le tableau de bord prend feu», ajoute-t-il. Mais le garagiste souligne surtout que «les automobilistes banalisent leur voiture, ils la connaissent mal. Certains roulent durant des mois avec un témoin rouge allumé.» Autre erreur des conducteurs, le service normalement obligatoire tous les 15 000 km, ne se fait parfois plus qu’après 30 000 km.

Pas de risque d’explosion

«C’est toujours impressionnant de voir des flammes se dégager du véhicule, mais il faut garder son calme pour agir juste», relève le major Eric Henry, qui indique la marche à suivre si un tel incident survient (lire encadré). «Il n’y a pas de risque d’explosion de la voiture, ça n’existe que dans les films. Ce sont juste les pneus qui peuvent éclater.» (Le Matin)

Créé: 27.09.2012, 10h15

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.