Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 13:34

Nîmes Un détenu pédophile accusé d'avoir récidivé au parloir

Ce dernier purge sa peine pour avoir abusé de six filles. Il doit désormais répondre de l'agression de l'enfant de sa compagne lors de diverses visites en prison.

Le centre pénitencier de Nîmes dans lequel le quadragénaire purgeait sa peine. Après l’émergence de nouveaux faits, il a été transféré.

Le centre pénitencier de Nîmes dans lequel le quadragénaire purgeait sa peine. Après l’émergence de nouveaux faits, il a été transféré. Image: Google Maps

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un détenu purgeant une peine de 20 ans de réclusion pour les viols de six filles et son ex-compagne sont en garde à vue depuis mardi pour répondre d'un nouveau viol: celui de la fille de cette dernière, lors de parloirs à la prison de Nîmes.

Une source judiciaire nîmoise a confirmé ce mercredi matin à l'AFP les informations initiales d'Objectif Gard, un site internet d'informations départementales, en précisant que deux personnes se trouvaient en garde à vue à Nîmes pour cette affaire de pédophilie en prison. De sources pénitentiaire et proche de l'enquête, ce détenu de 49 ans est accusé d'avoir violé la fille de son ex-compagne lors de parloirs familiaux. Ce Gardois avait été condamné à 20 ans de réclusion en 2013 par la cour d'assises du Gard, puis en appel par celle du Vaucluse en 2015, pour les viols de six filles âgées de moins de 15 ans.

Transféré

Après ces nouvelles accusations, l'homme a été transféré de la prison de Nîmes à celle de Muret, en Haute-Garonne. Les enquêteurs essaient de déterminer les circonstances précises de ces nouveaux viols que l'adolescente aujourd'hui âgée de 16 ans dit avoir subis lors de ses visites en prison, et comment une enfant a ainsi pu être amenée au parloir, à de nombreuses reprises, pour rencontrer un détenu condamné pour plusieurs actes de pédophilie.

L'ex-compagne du détenu est également en garde à vue, confirme une source proche du dossier. Les enquêteurs cherchent à établir dans quelles conditions cette femme d'une quarantaine d'années se serait ainsi rendue à la maison d'arrêt de Nîmes avec sa fille, pour ces «parloirs familiaux» lors desquels l'adolescente aurait été violée. (AFP/Le Matin)

Créé: 17.04.2019, 15h15


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.