Vendredi 25 mai 2018 | Dernière mise à jour 08:35

Mali Une fillette albinos décapitée, un «crime rituel» dénoncé

L'enlèvement et le meurtre barbare d'un enfant relance le débat sur le traitement réservé aux personnes atteintes d'albinisme en Afrique.

Chaque année, des dizaines d'albinos sont victimes d'attaques, tués et amputés de leurs membres qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance.

Chaque année, des dizaines d'albinos sont victimes d'attaques, tués et amputés de leurs membres qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance. Image: Barcroft Media/GettyImages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une fillette albinos de cinq ans a été assassinée dans la nuit de samedi à dimanche dernier au Mali et son corps décapité, ont annoncé lundi les autorités et une association, qui dénonce un «crime rituel» à l'approche de l'élection présidentielle du 29 juillet.

Dimanche vers 2h du matin, Djéneba Diarra, dite «Fanta» ou «Nan», «dormait dans une cour avec sa mère et sa soeur, elle-même albinos», à Fana, une localité située à 125 km au nord de Bamako, a expliqué à l'AFP une source policière. «Des hommes armés l'ont enlevée et ont escaladé le mur avec elle», a précisé cette source. Sa mère a dans un premier temps tenté de poursuivre les ravisseurs avant de revenir protéger sa seconde fille. «Nous avons cherché la fillette partout. Nous avons retrouvé son corps à côté d'une mosquée, mais sans la tête», a raconté un enseignant de Fana, Oumar Diakité.

En réaction et pour dénoncer le manque de sécurité, des habitants de la localité ont attaqué dimanche et en partie incendié la gendarmerie locale, selon plusieurs témoins. «Nous réclamons justice. Sa tête a été emportée. C'est un crime rituel», a déclaré à l'AFP le militant connu internationalement Mamadou Sissoko, secrétaire général de la Fédération des associations des personnes atteintes d'albinisme d'Afrique de l'Ouest (Fapao), qui s'est rendu sur place. «A chaque fois, qu'il y a des élections, nous devenons du gibier pour des gens qui veulent faire des sacrifices rituels. Ce n'est pas la première fois que ça arrive à Fana. L'Etat doit prendre ses responsabilités», a-t-il ajouté.

Légende de la musique africaine, le Malien Salif Keita, lui-même albinos, plaide depuis des années pour la protection des personnes atteintes d'albinisme, qui souffrent de stigmatisations dans de nombreux pays d'Afrique comme le Zimbabwe, le Mozambique, le Malawi et la Tanzanie. Chaque année, des dizaines d'entre eux sont victimes d'attaques, tués et amputés de leurs membres qui sont ensuite utilisés pour des rituels censés apporter richesse et chance.

L'albinisme est une affection génétique héréditaire, qui cause l'absence partielle ou totale de pigmentation de la peau, des cheveux et des yeux. En plus de la discrimination, les albinos sont exposés à un risque accru de cancer de la peau - alors que les crèmes solaires sont chères et difficiles à obtenir en Afrique - et de problèmes de vue. (afp/Le Matin)

Créé: 17.05.2018, 13h15

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.