Mercredi 21 novembre 2018 | Dernière mise à jour 08:30

France Jonathann D. revient sur ses aveux et accuse son beau-frère

Rebondissement dans l'affaire Alexia: le mari de la victime se rétracte et évoque désormais «un complot familial».

Dans la nuit du 27 au 28 octobre à Gray (est), Jonathann D. a tué son épouse Alexia. Il avait joué les veufs éplorés pendant trois mois, avant d'avouer.

Dans la nuit du 27 au 28 octobre à Gray (est), Jonathann D. a tué son épouse Alexia. Il avait joué les veufs éplorés pendant trois mois, avant d'avouer. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La sordide affaire Alexia, cette femme étranglée «accidentellement» par son mari en octobre dernier, connaît un spectaculaire rebondissement. Entendu à sa demande par le juge d'instruction le 27 juin dernier, Jonathann D. est revenu sur ses aveux et a évoqué pour la première fois la piste d'un «complot familial», révèle «Le Parisien».

Le trentenaire accuse son beau-frère du meurtre, a appris l'AFP mercredi de source proche de l'enquête. Selon cette même source, il a reconnu avoir été présent sur les lieux, mais n'avoir pas assisté directement au meurtre de son épouse, âgée de 29 ans. Il a accusé son beau-frère, Grégory Gay, d'avoir étranglé la victime au domicile de ses parents dans la nuit du 27 au 28 octobre.

Celui-ci aurait tenté de la maîtriser lors d'une crise d'hystérie, a ajouté cette même source. Les parents et la soeur d'Alexia, Stéphanie, ainsi que son mari, ont été convoqués mercredi matin par le juge d'instruction en charge de l'affaire, pour «une audition classique de partie civile», selon leur avocat, Me Jean-Marc Florand, qui les accompagnait.

«Pacte secret»

Selon «L'Est républicain», la famille aurait passé «un pacte secret pour étouffer l'affaire». Interrogé ce mercredi par l'AFP, l'un des avocats de Jonathann D. a indiqué qu'il ne souhaitait pas s'exprimer pour le moment. Selon une autre source proche du dossier, à ce stade de l'enquête les éléments matériels corroborent la première version du suspect et ne permettent pas de soupçonner une complicité.

Mis en examen pour «meurtre sur conjoint» en janvier, Jonathann D., informaticien de 34 ans, avait reconnu avoir étranglé son épouse lors d'une dispute au domicile du couple à Gray-la-Ville. Lors de sa garde a vue, le suspect avait affirmé qu'il ne "voulait pas" tuer son épouse, mais qu'ils en étaient venus aux mains et qu'il avait étranglé Alexia en tentant de la "maîtriser".

Fortes tensions dans le couple

Le couple connaissait de "fortes tensions" en raison de leurs difficultés à avoir un enfant. Il avait contesté avoir brûlé son corps, retrouvé en partie calciné dans un bois près de la commune. L'autopsie avait révélé que la jeune femme avait été violemment frappée et étranglée.

«La mort a été donnée volontairement et non pas accidentellement», avait souligné la procureure de la République de Besançon, Edwige Roux-Morizot. Pendant les trois mois de l'enquête diligentée par les gendarmes de la section de recherches de Besançon, Jonathann Daval, qui se présentait en mari éploré, avait soutenu qu'Alexia n'était pas rentrée d'un footing. Placé en détention provisoire, il a été incarcéré dans l'unité psychiatrique de la maison d'arrêt où il est détenu, en raison de sa fragilité psychologique et physique.

Le beau-frère se défend

Selon BFM TV, Grégory Gay «dément formellement» avoir tué Alexia. «C'est un véritable cauchemar», a réagi pour sa part la mère de la victime, Isabelle Fouillot.

(Le Matin)

Créé: 04.07.2018, 16h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.