Mardi 7 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:42

Crimes Affaire Maddie : la police allemande aurait alerté le suspect

Selon le «Spiegel», les enquêteurs ont envoyé une convocation à Christian Brueckner en 2013, ce qui lui aurait permis de détruire des preuves.

La police aurait convoqué l'homme en tant que témoin, précisant dans le courrier que c'était au sujet de la disparition de Maddie.

La police aurait convoqué l'homme en tant que témoin, précisant dans le courrier que c'était au sujet de la disparition de Maddie. Image: Carabinieri Milano/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police allemande est mise en cause dans l'enquête sur la disparition de la petite Britannique Maddie pour avoir informé dès 2013 le principal suspect qu'elle l'avait dans le collimateur, affirme «Der Spiegel» vendredi.

L'affaire a connu un spectaculaire rebondissement il y a 10 jours lorsque la police a annoncé avoir identifié un suspect, Christian Brueckner, 43 ans, un pédophile multirécidiviste actuellement en détention à Kiel, dans le nord de l'Allemagne. Il vivait à l'époque des faits, en 2007, à quelques kilomètres de l'hôtel où l'enfant avait disparu. Il est soupçonné du meurtre de la petite fille, en vacances avec ses parents et leurs deux autres enfants au Portugal à l'époque de sa disparition.

«Cela n'aurait pas dû se passer ainsi»

Or, selon le «Spiegel», la police allemande était sur les traces de ce suspect dès 2013 à la suite d'informations transmises par un homme affirmant avoir été un collègue de travail de Christian Brueckner au moment des faits. Compte-tenu de ce témoignage, la police de Brunswick avait immédiatement convoqué l'homme en question pour l'entendre en tant que témoin, selon la même source.

Dans ce courrier officiel adressé au suspect le 4 novembre 2013, que le «Spiegel» assure avoir lu, la police indiquait la raison de cette convocation: «la disparition de Madelaine McCann au Portugal». Ce qui aurait laissé à Christian Brueckner suffisamment de temps pour détruire d'éventuelles preuves. «Cela n'aurait pas dû se passer ainsi et ne correspond en aucun cas à la procédure usuelle dans un cas aussi délicat», déplore un policier dans le journal. D'ordinaire, les enquêteurs cherchent d'abord à réunir des informations sans confronter frontalement un éventuel criminel.

Grâce à une émission télé

Ni l'avocat, ni la police de Brunswick n'ont voulu réagir aux informations du magazine. En 2013, la police allemande avait été mise sur la piste de cet individu à la suite d'une émission très regardée en Allemagne qui permet à la police de lancer des appels à témoins. Les parents de la fillette étaient intervenus avec le chef d'enquête britannique en présentant deux portraits robots de potentiels suspects. Un homme affirmant qu'à l'époque Christian Brueckner travaillait avec lui au Portugal dans le secteur des services liés aux piscines s'était alors manifesté.

Jusqu'ici, le suspect ne s'est pas exprimé sur les faits, selon son avocat, et il n'a pas été entendu par les enquêteurs, qui attendent d'avoir réuni suffisamment d'éléments. (afp/Le Matin)

Créé: 12.06.2020, 14h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.