Vendredi 24 janvier 2020 | Dernière mise à jour 15:57

Drame Agression à Bienne: une arme blanche retrouvée chez Manor

La police bernoise a saisi le couteau dont s'est probablement servi le forcené pour poignarder un inconnu dans un supermarché de Bienne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les agents de sécurité de Manor qui ont maîtrisé mercredi soir à Bienne le forcené de la Migros, à la place de la Croix, reçoivent des louanges. «Nous somme heureux que notre service de sécurité a pu maîtriser l'auteur dans le grand magasin», relate Fabian Hildbrand, chef de communication chez Manor.

Son soulagement, c'est que «l'auteur n'a pas pu causer d'autres dommages». Un sentiment partagé au sein de la population, inquiète jusqu'à l'annonce ce jeudi matin de l'arrestation du présumé coupable.

À mi-chemin

«A priori, l'auteur et la victime ne se connaissaient pas», indique Dominik Jäggi, porte-parole de la police bernoise. Au Denner de la rue Centrale, à mi-chemin entre Migros et Manor, la gérante était soulagée par l'arrestation du forcené, elle qui emploie occasionnellement des agents de sécurité.

Après avoir poignardé un homme plus âgé que lui mercredi vers 17h30, entre un kiosque et le restaurant Migros, l'agresseur, un Albanais de 53 ans, s'est enfui à vélo en direction du centre-ville, selon plusieurs témoignages.

À 750 mètres de la place de la Croix, il s'est retrouvé à la place Centrale, dans le magasin Manor, tandis que plusieurs patrouilles étaient lancées à ses trousses.

Plaquer au sol

La centrale de la police a été avisée qu'«un homme menaçait des gens à l'arme blanche». Chez Manor, des employés d'un service de sécurité privé ont réussi à maîtriser l'agresseur et à le plaquer au sol jusqu'à l'arrivée de la police.

Un couteau a été saisi à l'intérieur du grand magasin Manor de la place Centrale. Sans doute celui utilisé quelques instants plus tôt à la Migros de la place de la Croix. «Une seule arme blanche a été retrouvée, ce qui ne veut pas dire que l'auteur n'en portait pas une autre au moment de l'agression», nuance Dominik Jäggi.

Sans mobile

Une agression sans mobile apparent, ce n'est pas le pain quotidien des agents de sécurité actifs à Bienne dans les supermarchés. Chez Aldi, par exemple, à mi-chemin entre Migros et Manor, leur présence sert à dissuader ou à surprendre les voleurs. «Le ton monte parfois avec des clients qui consomment dans le magasin avant de passer à la caisse, mais rien de plus», rapporte un agent.

Chez Manor, des vandales sont parfois actifs, comme le 8 décembre 2017, lorsqu'un écolier a posté sur Instagram des vidéos du saccage qu'il a lui-même commis, pour obtenir la reconnaissance de ses pairs. Mais avec l'agression de mercredi soir, la violence a augmenté d'un cran.

Vincent Donzé

Créé: 28.11.2019, 13h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.