Mardi 25 septembre 2018 | Dernière mise à jour 11:26

France Un Allemand inculpé pour avoir érigé une stèle nazie

Un trentenaire a été mis en examen pour avoir affiché son soutien au IIIe Reich dans un champ à Volmunster.

Image: Archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un Allemand âgé de 34 ans a été inculpé en France la semaine dernière pour «apologie de crimes contre l'humanité» après la découverte en janvier d'une stèle en l'honneur de soldats nazis à Volmunster, à proximité de la frontière allemande, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.

L'homme, placé sous contrôle judiciaire, «sera réentendu un peu plus tard» par un juge d'instruction du tribunal de grande instance de Sarreguemines, en charge de l'affaire, a précisé le parquet.

La stèle, à la gloire de la 17e SS Panzergrenadier Division, dont une unité est suspectée d'avoir massacré 124 habitants du village de Maillé (centre) le 25 août 1944, avait été découverte début janvier dans un champ privé, mais visible des promeneurs. Le propriétaire du terrain, situé à l'écart de Volmunster, avait été rapidement identifié.

La stèle avait été saisie par la gendarmerie de Sarreguemines, saisie de l'enquête avec l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et crimes de guerre (OCLCH).

Plusieurs antécédents

Selon le quotidien régional «Le Républicain lorrain», lors d'une perquisition en avril au domicile du propriétaire, situé Outre-Rhin, dans la Sarre, «divers objets, ainsi que des données informatiques, dont la nature n'a pas été révélée, avaient été saisis».

Des rassemblements de néonazis allemands ont été signalés à plusieurs reprises dans l'est de la France, alors que la législation allemande punit sévèrement toute exhibition d'emblèmes nazis, même dans un cadre privé. A Volmunster, des concerts de hard rock néonazis avaient été organisés dans un chalet privé sur un lopin de terre isolé.

En 2012, la commune s'était opposée à la location de la salle polyvalente pour une fête rassemblant plus d'un millier de néonazis venus en majorité d'Allemagne. Ils s'étaient alors rabattus dans un hangar privé loué pour l'occasion à Toul, à 180 km de là.

Les deux départements alsaciens (Haut-Rhin et Bas-Rhin) et le département lorrain de la Moselle sont redevenus français à l'issue de la Première guerre mondiale en 1919, après avoir été intégrés à l'empire allemand après la défaite française en 1870. Ces trois départements ont aussi été annexés au Reich allemand pendant la Seconde guerre mondiale, entre 1940 et 1945. (afp/nxp)

Créé: 12.07.2018, 12h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.