Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 04:58

Nouvelle-Zélande Il amène un clown à son entretien de licenciement

Pour rendre son licenciement moins triste, un publicitaire a engagé un clown professionnel pour l'accompagner devant ses patrons.

Amener un clown à son entretien de licenciement? Une façon comme une autre de se faire virer en Nouvelle-Zélande.

Amener un clown à son entretien de licenciement? Une façon comme une autre de se faire virer en Nouvelle-Zélande. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour Joshua Thompson, tout commence avec un mail de sa direction lui annonçant une «mauvaise nouvelle» et sa convocation pour «discuter de son rôle» au sein de son entreprise. Pressentant que son licenciement était proche, il a alors décidé de bien se préparer, rapporte le site d'information néo-zélandais «Newshub».

«Je me suis dit que le mieux serait de venir avec un professionnel, et j'ai donc payé 200 dollars pour embaucher un clown», a expliqué Thompson.

En Nouvelle-Zélande, la loi du travail autorise les employés à se rendre à ce type de réunion avec «une personne de soutien». Cela peut être un représentant syndical, un avocat, un collègue ou encore un proche.

Un autre média néo-zélandais, le «New Zealand Herald», a pu se procurer une photo de cette fameuse réunion, dans laquelle on voit Joshua Thompson avec le clown face à ses employeurs. Le directeur de l'agence a d'ailleurs déclaré n'avoir jamais rencontré un clown dans ce type de situation. Malgré tout, l'humour décalé de Joshua Thompson a apparemment plu à l'équipe.

Thompson, qui déclare avoir d'ores et déjà retrouvé un emploi de rédacteur publicitaire, a alors raconté son licenciement comme une expérience très positive. Joe le Clown a détendu l'atmosphère tout au long de l'entretien, notamment en faisant des ballons en forme d'animaux, notamment un caniche et une licorne. Il a également fait mine de pleurer lorsque Joshua Thompson a signé ses papiers de licenciement.

Les médias ont expliqué qu'en plus de son travail dans la publicité, Thompson est un humoriste amateur (connu sous le pseudonyme de Joshua Jack sur internet) et que cette mise en scène était avant tout un moyen pour lui de faire connaître son travail.

Clément Bonard

Créé: 15.09.2019, 10h03


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.