Mardi 23 janvier 2018 | Dernière mise à jour 01:10

Nice (F) L’apprentie-actrice joue une malade et manque de se faire interner

Alors qu'elle jouait une malade dans un tramway de la ville, Solène Buchard Pallanca a été prise pour une vraie patiente. Policiers et ambulanciers ont failli la faire interner.

L'apprenti-comédienne Solène Buchard Pallanca a tellement bien joué son rôle de malade qu'elle a failli se faire embarquer par des policiers (photo) et des ambulanciers.

L'apprenti-comédienne Solène Buchard Pallanca a tellement bien joué son rôle de malade qu'elle a failli se faire embarquer par des policiers (photo) et des ambulanciers. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Solène Buchard Pallanca a eu chaud. Cette étudiante en théâtre de 19 ans avait entrepris de jouer, en pleine rue, une patiente évadée d’un hôpital, explique Nice Matin.

Elle avait choisi de réaliser sa performance dans le tramway de Nice. Pour que l'illusion soit parfaite, la jeune femme avait enfilé une blouse, s'était maquillée pour se donner mauvaise mine et avait même posé une fausse perfusion sur son bras.

Accompagnée de ses professeurs de comédie venus juger sa performance et installée à bord du tramway, Solène Buchard Pallanca a débuté son numéro: «J’ai commencé à pleurer de douleur, faisant croire que j’avais des crampes à l’estomac. J’étais censée descendre à Virgile Barrel (N.d.l.r.: une station de l’est de la ville) pour rejoindre les autres profs et mes camarades, mais sans faire attention, je suis descendue à Saint-Roch.»

Le problème, c'est que Solène s'est ainsi retrouvée seule, sans papiers et sans qui que ce soit pour confirmer son identité, son état physique et psychiatrique. Son petit numéro et son grimage ayant convaincu le public, la jeune comédienne a vu soudainement débarquer des policiers et des ambulanciers venus la récupérer. Croyant avoir affaire à une déséquilibrée, tous étaient prêts à l'embarquer et à l'emmener dans un établissement psychiatrique!

A force d’explications et de vérifications auprès des établissements hospitaliers, la vérité a fini, heureusement, par éclater aux yeux des ambulanciers.

Bluffés, malgré cette fausse alerte, ils finiront par encourager les professeurs à donner une bonne note à la vraie fausse malade. C'était la moindre des choses.

(Le Matin)

Créé: 12.01.2018, 11h03

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.