Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 09:28

Canton de Saint-Gall L'assassin à la masse écope de 20 ans de prison

Le quadragénaire qui avait tué sa belle-mère et grièvement blessé son père en 2015 dans une ferme de Ricken a été condamné.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un paysan st-gallois de 47 ans a été condamné à 20 ans de prison à Uznach (SG) pour avoir assassiné sa belle-mère avec une masse, ainsi que blessé son père et le fermier du domaine. Après avoir purgé sa peine, le rentier AI sera interné.

L'homme a été jugé coupable d'assassinat et de tentatives d'assassinat, indique vendredi le Tribunal d'arrondissement de See-Gaster à Uznach. Le jugement n'est pas encore entré en force.

Les faits remontent à janvier 2015 et se sont déroulés dans une ferme isolée de Ricken (SG). Le prévenu a d'abord tiré sur le fermier avec un revolver militaire, le blessant au bras. Il a ensuite frappé sa belle-mère et son père de 84 ans avec une masse de huit kilos.

La femme n'a pas survécu, son mari a été grièvement blessé. Le père de l'assassin avait gardé de lourdes séquelles de ses blessures, mais il est finalement décédé quelques mois plus tard d'une maladie sans lien avec le drame.

«Moment de folie»

Devant le tribunal, le prévenu a avoué les faits. A la question du juge, qui voulait savoir si son intention était de tuer les trois personnes, il n'a pas donné de réponse. «J'étais dans un moment de folie, complètement hors de moi», a-t-il déclaré.

Le jugement va dans le sens du Ministère public. Il avait requis une peine privative de liberté de 20 ans pour assassinat et tentatives d'assassinat, suivie d'un internement. Le prévenu a agi de sang-froid et sans scrupule. Il considérait ses victimes comme des trouble-fête et voulait les éliminer, a souligné le procureur lors du procès.

Selon une expertise, le rentier AI souffre de troubles psychiques. Depuis une transplantation de rein, il connaît un fort changement de personnalité, a expliqué un psychiatre devant le tribunal.

L'homme a une peur maladive de perdre ce rein. «Il ne voit que sa propre souffrance. Le grave acte de violence qu'il a commis ne le préoccupe pas».

Thérapies inefficaces

La psychothérapie que le prévenu suivait déjà avant son acte n'a servi à rien. Selon l'expert, d'autres thérapies ne donneront pas plus de résultats. Le risque de récidive étant grand, le prévenu devrait être interné, a-t-il fait valoir avec succès.

L'assassin purge sa peine de manière anticipée depuis deux ans à la prison de Pöschwies à Regensdorf (ZH). Il dirigeait l'exploitation agricole lui-même jusqu'à son opération des reins. Il a ensuite dû revendre le domaine à son père.

Il n'a pas supporté que celui-ci soit en charge de la ferme. Il avait d'ailleurs essayé de le placer, lui et sa deuxième femme, dans une maison de retraite. (ats/nxp)

Créé: 25.08.2017, 16h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.