Dimanche 18 novembre 2018 | Dernière mise à jour 10:33

États-unis L'auteure de «Comment tuer son mari» aurait... tué son mari

Connue pour ses écrits sur la bonne façon d'éliminer son conjoint, cette femme de 68 ans est suspectée d'avoir tiré sur son époux.

«Le meurtre, le chaos et le sang-froid semblent venir naturellement à moi, ce qui signifie que mon mari a appris à dormir avec un œil ouvert», plaisantait sur un blog Nancy Crampton Brophy.

«Le meurtre, le chaos et le sang-froid semblent venir naturellement à moi, ce qui signifie que mon mari a appris à dormir avec un œil ouvert», plaisantait sur un blog Nancy Crampton Brophy. Image: Police de Portland

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Si les faits se vérifient, on pourra dire que Nancy Crampton Brophy sait passer des paroles (ou plutôt des écrits) à l'acte. La police de Portland (Oregon) a arrêté mercredi 5 septembre dernier cette femme de 68 ans pour le meurtre de son mari le 2 juin dernier. Elle-même avait donné aux enquêteurs de quoi se poser bien des questions à son sujet.

Nancy Crampton Brophy a en effet publié plusieurs romans, essentiellement sur des histoires d'amour qui tournaient mal. Dans «Le faux policier», elle racontait par exemple l'histoire d'une femme qui passait chaque jour de son mariage à fantasmer sur comment tuer son époux. Un sujet qui lui tenait visiblement à cœur, puisqu'elle a même écrit un essai au titre on ne peut plus clair: «Comment tuer son mari».

N'utilisez pas le poison!

Publié sur un blog en novembre 2011, ce texte recensait les cinq raisons principales qui pouvaient vous pousser au meurtre de votre époux et quelle arme choisir. La romancière déconseillait notamment d'utiliser le poison, trop facilement traçable, ou de confier la tâche à un amant. Car l'idée était évidemment de ne pas se faire prendre. «Si ce meurtre est censé me libérer, je ne veux certainement pas passer du temps en prison», écrivait-elle.

La presse américaine raconte également que, en 2012, elle expliquait sur un autre blog ce qui l'attirait dans les histoires romantiques à suspense: «Le meurtre, le chaos et le sang-froid semblent venir naturellement à moi, ce qui signifie que mon mari a appris à dormir avec un œil ouvert». Plaisanterie? Elle avait l'habitude de manier ce que l'on a pris à l'époque pour de l'humour noir. Elle a ainsi également écrit à propos de son mariage qui durait depuis 27 ans avec Dan Brophy: «Mon mari et moi sommes tous les deux sur notre deuxième mariage (et dernier, croyez-moi!). Nous avons juré, avant de dire «je le veux», que nous ne finirions pas par un divorce. Je note que nous n’avons pas exclu un coup de feu tragique ou un accident suspect.»

Toutefois, dans "Comment tuer son mari", elle écrivait également que même si elle pensait souvent au meurtre, elle ne se voyait pas commettre quelque chose d'aussi brutal. Elle ne voulait pas à avoir à ««s'inquiéter du sang et des bouts de cervelle qui éclabousseraient les murs. Je trouve plus facile de souhaiter la mort des gens que de les tuer réellement, a-t-elle écrit. Mais ce que je sais au sujet du meurtre, c'est que chacun de nous l'a en lui s'il est poussé à bout.» Quant à son mariage, elle disait qu'il avait des hauts et des bas, mais davantage de hauts.

Tué par une arme à feu

Le 2 juin au matin, Dan Brophy, chef cuisinier été abattu avec une arme à feu sur son lieu de travail à l'Institut culinaire de l’Oregon. Les premiers étudiants qui arrivaient l'ont trouvé gisant sur le sol, en sang. Deux jours plus tard, sa femme écrivait sur Facebook: «J'ai une triste nouvelle à annoncer. Mon mari et meilleur ami, le chef Dan Brophy a été tué hier matin.»

La semaine passée, elle a finalement été arrêtée à son domicile et présentée au juge, qui l'a enfermée sans caution, ni sans donner la moindre explication sur les éléments qui ont conduit à son arrestation. (Le Matin)

Créé: 13.09.2018, 06h37

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.