Mardi 16 juillet 2019 | Dernière mise à jour 08:34

France L'avocat de Mélenchon aurait fauché un piéton et pris la fuite

Après 48 heures de garde à vue, l'avocat du leader de la France Insoumise a été mis en examen pour blessures involontaires avec délit de fuite.

L'accident a eu lieu au centre du village de Plouhinec, près de Lorient (F).

L'accident a eu lieu au centre du village de Plouhinec, près de Lorient (F). Image: Google street view

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'avocat du député Jean-Luc Mélenchon est suspecté d'avoir renversé un homme avec sa voiture dimanche dernier, près de son domicile de Plouhinec, dans le Morbihan, et d'avoir pris la fuite. Grièvement blessé, le piéton de 53 ans a dû être hospitalisé.

Selon le parquet de Lorient, cité par «Le Parisien», l'avocat a dans un premier temps continué sa route, avant de contacter la gendarmerie pour indiquer être l'auteur de l'accident. Après 48 heures de garde à vue, il a finalement été mis en examen pour blessures involontaires avec délit de fuite.

«Un déséquilibré, alcoolisé»

Dans un long message publié mardi sur Facebook, l'avocat a donné sa version des faits. «Dimanche soir, allant chercher des pizzas dans un petit village voisin, je tombe sur un déséquilibré, alcoolisé, qui reste debout au milieu d’un passage piéton, invectivant des voitures voire frappant certaines d’elles», explique-t-il.

En tentant de contourner l'individu, ce dernier aurait alors tapé de la main sur la portière de sa voiture. «Je me gare quelques mètres plus loin, je lui demande ce qu’il a, il ne me regarde pas et continue son spectacle et de perturber la circulation et les voitures, poursuit l'avocat. Je prends mes pizzas, je rentre, donc je repars vers lui, et là, il se jette littéralement sur ma voiture en se plaçant presque face à moi. Je n’arrive pas à l’éviter et je le percute.»

«Entre la vie et la mort»

Apeuré et craignant que l'homme, décrit comme «costaud et violent», ne vienne lui «porter des coups», l'avocat aurait alors décidé de rentrer chez lui pour y appeler les gendarmes. «Je sais qu’un homme est entre la vie et la mort et j’en suis tétanisé, je pense à lui tout le temps, même si j’en veux à sa folie, son inconséquence, son absurdité», déplore-t-il. «J’ai moi-même dans cette histoire été victime d’une situation exceptionnelle créée par un déséquilibré, qui a mis sa vie, et celle des autres, en danger.»

L'avocat estime finalement avoir «été sous la contrainte du comportement de la victime» et n’avoir «pas fui» ses responsabilités. Il dénonce également la prolongation de sa garde à vue, ajoutant que le parquet de Lorient «a décidé de se payer l’avocat d’un homme politique, pour nuire à cet homme politique» en le faisant passer «pour un chauffard irresponsable multirécidiviste».

Créé: 19.06.2019, 18h16

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.