Dimanche 12 juillet 2020 | Dernière mise à jour 05:35

Vaud Bébé secoué: 6 ans ferme pour le père, la maman est acquittée

La Cour criminelle de Lausanne condamne le papa, qui a toujours nié en bloc, à 6 ans de prison. Les juges innocentent la mère.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Yusuf* n'est plus là, décédé sous les coups et les secousses d'un papa malveillant il y a trois ans et demi. Le petit Congolais de 11 mois ne reviendra pas. La justice lui a été rendue ce jeudi. Le verdict est tombé au milieu d'une assistance qui retenait son souffle. Qui a brutalisé à mort cet enfant ce lundi 16 janvier 2017? A cette question, le Tribunal criminel d'arrondissement de Lausanne a répondu.

Madame ne savait, a priori, rien des maltraitances que son conjoint faisait subir à leur enfant en son absence, bien qu'elle soit elle-même frappée par ce dernier jusqu'à la naissance du bébé. Elle aimait son compagnon, lui faisait confiance et a cru, à l'époque, à ses explications pourtant fragiles.

Il a agi seul

Pour la Cour, le père a agi seul, même avant le drame et ce, dès le 9 septembre 2016, alors que Yusuf, grand prématuré, peut enfin rentrer à la maison après sept mois d'hospitalisation. Fractures aux bras et aux épaules, ongle arraché, griffures, hématomes et secousses avec un doute qui restera sur la potentielle part accidentelle de certaines blessures. Jusqu'à la secousse de trop, celle qui tuera.

Si les experts médicaux n'ont pas pu dire qui des deux parents s'en est pris au petit, ils ont pu confirmer le diagnostic du bébé secoué et surtout dire quand l'enfant a subi la salve fatale: de quelques minutes à quelques heures avant l'appel du papa au 144 à 17h42. Autrement dit, ils ont établi de manière catégorique la tranche horaire entre 14h et 17h40 durant laquelle le bébé est resté seul avec son père, alors que sa mère était partie chez le coiffeur.

6 ans de prison pour le père

Tenant compte d'une diminution de responsabilité moyenne à importante et d'un risque de récidive élevé, le papa écope d'une peine ferme de 6 ans pour homicide par négligence, exposition, lésions corporelles graves, lésions corporelles simples qualifiées et violation du devoir d’assistance ou d’éducation. Une condamnation qui divise par deux ce que le procureur Jérémie Müller avait requis pour meurtre, à savoir 12 ans d'emprisonnement. Les juges ne l'ont pas suivi sur l'internement. En revanche, ils prononcent une expulsion du territoire suisse pour une durée de 15 ans, soit le maximum prévu par la loi.

Cette sanction englobe également la deuxième affaire qui était reprochée à l'accusé. En mai 2018, remis en liberté un mois après le décès de Yusuf, aide-soignant dans EMS, le Congolais avait brûlé au 2ème degré une résidente lors d'une douche, au point d'engager son pronostic vital. Le tribunal croit en cette version de l'accusation: le prévenu a bien agressé cette nonagénaire en dirigeant un jet d'eau brûlante sur elle.

La maman disculpée

Contrairement à ce qu'avançait le Ministère public – les parents auraient été co-auteurs –, la Cour criminelle disculpe la maman qui a toujours contesté avoir attenté au bien-être de son enfant. Vu les circonstances tragiques, les juges ont choisi de l'exempter de la qualification de violation du devoir d’assistance ou d’éducation par négligence. Elle est en outre libérée des lourdes charges d'homicide par négligence, lésions corporelles graves et lésions corporelles simples qualifiées, soutenues par le procureur qui avait requis 6 ans ferme à son encontre.

La jeune femme, également aide-soignante, était aussi renvoyée pour avoir reçu et transféré par WhatsApp trois vidéos d'actes d'ordre sexuel avec des enfants, une vidéo de violence extrême et une vidéo de mauvais traitements sur un enfant. Le Parquet avait dès lors retenu la représentation de la violence et la pornographie. Pour cela, elle est condamnée à 15 jours-amende à 30 francs avec sursis durant deux ans.

Evelyne Emeri

evelyne.emeri@lematin.ch

*Prénom d'emprunt

Créé: 04.06.2020, 12h40

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.