Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 10:20

Faits divers Un bijoutier parisien tire sur un braqueur et l'abat

Le drame a eu lieu jeudi après-midi. Le bijoutier a été placé en garde à vue.

C'est dans cette bijouterie que le malfaiteur a été abattu.

C'est dans cette bijouterie que le malfaiteur a été abattu. Image: Google Street View

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un homme qui tentait de braquer une bijouterie jeudi après-midi à Paris a été tué par balles par le propriétaire de la boutique qui a été placé en garde à vue, une affaire qui illustre la recrudescence et la violence des vols à main armée contre ces commerces. Selon les premiers éléments, le bijoutier, installée avenue de la Motte-Picquet, dans le VIIe arrondissement, a sorti une arme alors que le braqueur venait de rentrer armé dans sa boutique, et a tiré sur son agresseur, selon une source policière.

Permis de port d'arme

«Le braqueur est rentré avec une arme de poing dans la bijouterie, le bijoutier possédait une arme et s'en est servi. Il a tiré au niveau de l'épaule du braqueur qui est décédé», a indiqué une autre source policière. Le bijoutier, né en 1952, disposait d'un permis de détention d'arme. Il gardait son arme dans son coffre-fort et l'a sortie très rapidement quand le braqueur est entré, selon la même source. Il a été placé en garde à vue, a-t-on indiqué de source judiciaire, soulignant qu'il était trop tôt pour dire s'il y avait eu ou non échange de coups de feu.

Légitime défense?

«Sur ce que je sais, il n'y a pas eu d'échange de coups de feu», a pour sa part indiqué sur place Jean-René Deleu, responsable du syndicat Alliance Police nationale. «Le bijoutier a immédiatement appelé les policiers», a-t-il précisé. La garde à vue du bijoutier devra permettre «d'expliquer ce qui s'est passé, et s'il y a bien légitime défense», a explique une source policière. «Le cadre légal (de la légitime défense) est assez strict. Il faut que la riposte soit proportionnée et justifiée», a précisé M. Deleu. L'identité du braqueur n'était pas encore clairement établie en fin d'après-midi.

Le cours élevé de l'or montré du doigt

Sur l'avenue de la Motte-Picquet, artère parisienne très fréquentée, un sens de circulation a été coupé. De nombreux badauds se pressaient derrière les rubans de police. Selon un commerçant proche de la bijouterie, joint au téléphone, le bijoutier est installé dans le quartier depuis plus de trente ans et travaillait seul. Depuis plusieurs mois, la police s'inquiète de la criminalité liée aux cours élevés de l'or, braquage de bijouteries mais aussi vols à l'arraché de bijoux.

En avril 2011, le gérant d'une bijouterie avait été tué lors du braquage de sa boutique dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Créé: 19.07.2012, 20h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.