Dimanche 26 mai 2019 | Dernière mise à jour 11:23

France Braquage du fourgon suisse: un suspect travaille pour la police

Parmi les quinze personnes interpellées mardi matin un homme a un profil singulier: il «sert la soupe» aux forces de l’ordre…

Butin estimé d'un fourgon blindé de ce type: entre 10 et 15 millions de francs.

Butin estimé d'un fourgon blindé de ce type: entre 10 et 15 millions de francs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qui sont les 15 personnes arrêtées mardi matin dans le cadre du braquage du fourgon de transport de fonds près de Chavornay (VD), en février 2018? Au lendemain de la vaste opération policière franco-suisse, on n’en sait pas beaucoup plus sur le profil des suspects. Deux ont été interpellés en Suisse, sur sol vaudois, mais leur nationalité n’a pas été précisée. Tous seraient liés de près ou de loin au milieu du banditisme lyonnais. Certains sont déjà connus des services de police.

«Le Progrès» révèle cependant le portrait de l’un des accusés. On pourrait dire que les agents l’avaient sous la main: l’homme travaille pour la police… Cette personne a été arrêtée chez elle, dans la région lyonnaise. Elle occupe un poste de cuisinier à l’école des commissaires de police, à Saint-Cyr-au-mont-d’Or, au nord de Lyon.

Une voiture planquée

Ce cuisinier ne serait cependant pas une des têtes pensantes du braquage ni un de ses bras armés. Il est «soupçonné d’un lien douteux avec l’équipe» de malfrats, écrit «Le Progrès». La raison? Une voiture utilisée lors du braquage «est restée planquée plusieurs jours contre sa maison, sous une bâche», écrit le quotidien français.

Était-il au parfum? «Ou a-t-il répondu imprudemment à une demande de son voisin au passé chargé?» peut-on lire. Placé en garde à vue, le cuisinier des futurs commissaires doit s’expliquer.

Un butin évaporé

Bien d’autres questions restent en suspens dans cette improbable affaire. Pour rappel, le 8 février 2018 une jeune femme de 22 ans avait été kidnappée chez elle par un duo de faux plombiers. Ils l’auraient forcée à téléphoner à son père, un employé de la société suisse de transport de fonds SOS Surveillance.

L’homme roulait alors dans un fourgon blindé, avec un collègue. Suite aux menaces sur sa fille, il aurait été forcé d’aller s’arrêter sur un parking près de Chavornay (VD). Là, trois hommes armés attendaient de pouvoir s’emparer du butin.

Pactole évaporé? Entre 10 et 15 millions de francs suisses. Mais deux millions d’euros ont été récupérés en juillet dernier près de Lyon chez un suspect, qui avait été mis en examen et dort depuis en prison. (Le Matin)

Créé: 15.05.2019, 11h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.