Jeudi 5 décembre 2019 | Dernière mise à jour 20:16

Drame Jura: les cadavres sont ceux d'un fauconnier et de son épouse

Ce Jurassien de Courfaivre (commune de Haute-Sorne) aurait tué sa femme avant de se donner la mort. C'est un des trois enfants du couple qui a fait la macabre découverte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police cantonale jurassienne a communiqué brièvement sur l'heure de midi: «Lundi matin 21 octobre 2019, la police cantonale jurassienne était avisée que deux corps avaient été retrouvés sans vie dans un appartement en Haute-Sorne. Une enquête, en cours, est dirigée par le Ministère public jurassien par Mme Laurie Roth. Il ne sera donné aucune information supplémentaire pour l’heure.»

Un couple d'une quarantaine d'années

A 17h00, lors d'un rapide point presse, le Parquet a finalement distillé quelques maigres détails sur ce qui ressemble à une nouvelle tragédie familiale, assortie de problèmes financiers. Il confirme que les deux cadavres ont bien été retrouvés dans une maison du village de Courfaivre (JU), situé à quelques kilomètres de Delémont, et que les défunts, un homme et une femme, sont un couple d'une quarantaine d'années. Selon nos informations, il s'agit de l'ancien propriétaire du zoo Siky Ranch de Crémines (BE), qu'il avait transformé en fauconnerie, et de son épouse qui œuvrait à ses côtés. Ils avaient dû mettre la clé sous la porte après moins de deux ans d'activités.

Violences conjugales confirmées

La police serait déjà intervenue par le passé. Monsieur aurait menacé Madame et plusieurs armes à feu auraient été saisies à ce moment-là. Le Ministère public précise justement qu'une procédure est ouverte auprès de son autorité. La mère de famille avait porté plainte pour violences conjugales. Plusieurs sources proches de l'enquête indiquent en outre que le père devait précisément quitter le domicile familial. Des mesures d'éloignement avaient en effet été prononcées par la justice. Sur le compte Facebook de la défunte, les messages de ses proches affluent et font comprendre que le choix de sa liberté lui aura coûté la vie.

Circonstances pas encore établies

Lundi matin, l'époux aurait tué sa femme avant de se donner la mort. «Il semblerait que l'arme utilisée puisse être une arme blanche, des couteaux ou toute autre arme de ce genre-là», a clarifié la procureure Laurie Roth. Père et mère de trois adolescents, c'est l'un d'eux qui a découvert ses parents sans vie dans l'appartement familial vers 10h. Sur les circonstances de ces deux décès, le Parquet insiste sur le fait qu'elles ne sont pas encore établies et qu'à ce stade, aucun scénario n'est arrêté. Les investigations sont actuellement menées par la police scientifique et les experts du Centre universitaire romand de médecine légale (CURML/Lausanne) afin de déterminer le déroulement exact des faits.

Evelyne Emeri / Vincent Donzé

Créé: 21.10.2019, 15h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.