Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 07:58

Justice Carl Hirschmann purgera bel et bien un an de prison ferme

Le Tribunal fédéral a débouté le jet-setteur millionnaire zurichois Carl Hirschmann, condamné à 32 mois de prison dont 20 avec sursis pour actes d'ordre sexuel avec une jeune fille mineure.

Le jet-setteur Carl Hirschmann, à la sortie d'une audience à Zurich.

Le jet-setteur Carl Hirschmann, à la sortie d'une audience à Zurich. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le jet-setteur Carl Hirschmann n'échappera pas à la prison ferme. Le Tribunal fédéral (TF) a débouté le millionnaire zurichois condamné à trente-deux mois de prison dont vingt avec sursis pour actes d'ordre sexuel avec une jeune fille de quinze ans et contrainte sexuelle.

Le TF relève la gravité des actes commis par Carl Hirschmann. Le jet-setteur venait de faire la connaissance de la victime dans sa discothèque zurichoise le «Saint-Germain» lorsqu'il lui a demandé une fellation avant de la revoir et d'entretenir avec elle des rapports sexuels complets.

Le jeune homme, âgé de 30 ans au moment des faits, savait que la jeune fille était vierge. Il se doutait qu'elle pouvait être encore mineure.

L'interdiction d'actes sexuels avec des mineurs de moins de seize ans vise à préserver le développement sexuel de l'enfant d'influences perturbatrices, relève le TF. Face à l'importance du respect d'une telle interdiction, le refus du sursis est justifié.

Déficit d'attention et hyperactivité

En novembre 2012, le Tribunal cantonal zurichois avait condamné le jet-setteur pour actes d'ordre sexuel avec une mineure et pour contrainte sexuelle, car il avait contraint une amie d'enfance à lui faire une fellation dans les toilettes.

Lors du procès, la défense avait demandé que Carl Hirschmann, qui souffre d'un trouble de déficit d'attention avec hyperactivité ne soit pas reconnu pleinement responsable. Un argument rejeté par les experts, qui avaient conclu que ce trouble psychique ne diminue pas la responsabilité du jeune homme.

Le jet-setteur a eu également d'autres démêlés avec la justice concernant ses rapports avec son ex-amie. Le couple s'était séparé en août 2009 avant que l'ex-amie ne dépose plainte contre Carl Hirschmann pour lésions corporelles. Celui-ci l'avait ensuite accusée de mensonge sur facebook.

En novembre dernier, le TF avait accepté un recours de l'ex-amie et condamné le jet-setteur, petit-fils du fondateur de Jet Aviation, à lui présenter des excuses et à reconnaître avoir porté atteinte à sa personnalité. (arrêt 6B_215/2013 du 27 janvier 2014) (ats/nxp)

Créé: 06.02.2014, 12h00

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.