Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 18:10

Neuchâtel Le cas d'un prévenu souffrant de retard mental suscite de l'émoi

le Ministère public a jugé utile apporter des précisions sur le cas d'une personne placé en détention provisoire malgré de lourds handicaps.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un article paru dans Arcinfo mardi incite le Ministère public neuchâtelois à apporter des précisions en raison de l'émoi causé. Le sujet abordait le cas d'un prévenu placé en détention provisoire à La Chaux-de-Fonds, en dépit d'un important handicap mental.

«L’article a suscité des questions de la part d'autres médias et ému une partie de la population». C'est pourquoi le Ministère public estime, dans un communiqué publié mercredi, devoir apporter des précisions. Selon lui, les faits dont est accusé le prévenu, survenus entre février et avril, ne sont pas anodins.

Onze départs d'incendies

Ces derniers consistent en onze départs d’incendies, notamment dans des immeubles habités, en particulier au milieu de la nuit, de sorte qu’ils ont «créé un danger collectif aussi concret qu’imminent pour la vie des habitants concernés», ressort-il d'un document relatif à l’opportunité ou non de placer l'intéressé en détention.

Le prévenu a été interpellé le 11 avril, poursuit le Ministère public. «Il n’a pas contesté les faits et les présomptions de culpabilité sont sérieuses. Sérieux sont également les risques de récidive», selon l’expert psychiatre commis dans l'affaire, précise le communiqué.

Solution plus propice

Des éléments qui ont obligé le Ministère public à prendre des mesures propres à garantir la sécurité publique. D'où la détention provisoire du prévenu, le temps de trouver une solution plus propice que celle proposée par sa défense «de le renvoyer à la surveillance de sa mère et de lui confisquer ses briquets».

Dès les premiers jours de la détention, un établissement approprié a été recherché. Les démarches initiales n'ont pas abouti en raison de la crise du Covid-19. Le 21 mai toutefois, les responsables de l’institution dans laquelle l’intéressé est habituellement suivi ont déposé un rapport circonstancié.

Sortie de prison

Le séjour a pu se concrétiser mardi, permettant une sortie de prison. «Le prévenu bénéficiera d’un encadrement mieux adapté à sa situation et malgré tout susceptible de garantir la sécurité publique dans un très proche avenir», estime le Ministère public dans ses explications.

L'article paru dans Arcinfo avait pour titre «En prison malgré un âge mental de six ans» et citait l'éducatrice ainsi que l'avocat du prévenu, placé sous curatelle par ailleurs. Tous deux s'y inquiétaient de voir le jeune homme incarcéré, malgré un retard mental et des troubles autistiques. (ATS/Le Matin)

Créé: 27.05.2020, 16h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.