Dimanche 26 mai 2019 | Dernière mise à jour 11:27

Accident Un chasseur vise un renard: c'était un jeune de 17 ans

Un nouvel accident de chasse a encore failli tuer en France. Lors d'une battue, un traqueur a reçu 13 plombs dans une cuisse.

Le tireur a confondu son jeune collègue avec un goupil. L'enquête devra déterminer comment cette nouvelle méprise a pu être possible. Tous deux vivent dans la commune de Loudes (Auvergne-Rhône-Alpes), à proximité de la zone de chasse (photo d'illustration).

Le tireur a confondu son jeune collègue avec un goupil. L'enquête devra déterminer comment cette nouvelle méprise a pu être possible. Tous deux vivent dans la commune de Loudes (Auvergne-Rhône-Alpes), à proximité de la zone de chasse (photo d'illustration). Image: Keystone/Olivier Maire

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre le chasseur qui abat un vététiste de 34 ans aux Portes du Soleil (Montriond/octobre 2018) en le prenant pour un cerf ou un sanglier, le tireur genevois qui confond des biches avec quatre ânes à Arith (Savoie/septembre 2017) et un autre nemrod qui tue un traileur de 43 ans près d'Annecy (Haute-Savoie/décembre 2015) à la place d'un sanglier, ceci pour ne donner que trois exemples. On ne peut que rappeler que la France détient un triste record européen avec quelque 150 accidents de chasse par an, le dimanche étant le jour le plus meurtrier.

«Il y avait beaucoup de sang»

Samedi après-midi, près du village de Vazeilles-Limandre (Auvergne-Rhône-Alpes), un garçon de 17 ans, qui en est à sa première année de permis de chasse, occupait le poste de traqueur. Il rabattait le gibier vers les tireurs postés. Une dizaine de personnes participaient à une battue au chevreuil, organisée par l'Association communale de chasse agréée (ACCA). En l'absence du gibier pourchassé, les chasseurs ont opté pour la traque au renard. Vers 14h30, un sociétaire invité par l'ACCA régionale a cru apercevoir un goupil. Il a visé, tiré et atteint sa cible: le jeune traqueur.

Le tireur s'est immédiatement rendu compte de sa méprise et a porté secours au jeune homme blessé à une cuisse, selon plusieurs médias français, dont «Le Progrès» et «L'Eveil de la Haute-Loire». La victime a reçu 13 plombs dans une cuisse, faisant saigner la plaie abondamment. «L'artère fémorale n'aurait pas été touchée, mais il y avait forcément beaucoup de sang. J'attends de ses nouvelles», précise le président de la société de chasse, Louis Vigouroux. Le malheureux a d'abord été accompagné dans un cabinet médical, avant d'être transporté aux urgences du Centre hospitalier de Puy-en-Velay.

«Une chance que ce n'était pas un tir à balles»

Comment cette énième erreur a pu arriver? A ce stade des investigations, deux hypothèses s'opposent et sont étudiées par les enquêteurs de la Gendarmerie nationale: le jeune chasseur a-t-il été atteint par le ricochet des projectiles ou a-t-il été clairement visé? Le patron des chasseurs locaux, Louis Vigoureux, reste prudent, soucieux de ne pas affirmer trop hâtivement le déroulement de ce fâcheux accident, alors que les faits ne sont pas encore formellement établis.

Il peine toutefois à croire à un éventuel ricochet au vu des blessures subies par le traqueur. «Je me sens un peu responsable, le tireur était seul dans son coin. Je ne sais pas comment ça s'est passé. C'est une chance qu'il ne s'agissait pas d'une battue au sanglier avec un tir à balles. Là, les conséquences n'auraient pas été les mêmes.»

evelyne.emeri@lematin.ch

(Le Matin)

Créé: 17.02.2019, 17h05

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.