Mardi 19 février 2019 | Dernière mise à jour 15:11

Bienne Les chirurgiens fautifs sèchent le procès!

Deux médecins qui ont accidentellement rendu un patient paraplégique lors d'une opération ne se sont pas présentés à leur procès. Ils sont soupçonnés d'avoir visé la prescription.

Les faits se sont déroulés au centre hospitalier de Bienne en 2012.

Les faits se sont déroulés au centre hospitalier de Bienne en 2012. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Incroyable récit que celui rapporté par le «Bieler Tagblatt»: deux chirurgiens qui ont rendu un patient paraplégique n’ont pas daigné se présenter devant le tribunal lundi dernier.

L’histoire commence par des douleurs permanentes dans le dos et au rein gauche. Diagnostic de l’urologue: une pyélonéphrite. Le remède: l’ablation du rein déficient. Il s’agissait d’une opération par laparoscopie, une méthode peu invasive appelée «méthode du trou de serrure».

L’aorte ou la veine?

Au centre hospitalier de Bienne, en février 2012, les chirurgiens se trompent: ils sectionnent l’aorte au lieu de la veine rénale, alors que le diamètre du vaisseau et son tracé ne laissaient planer aucun doute.

Lésion corporelle

Le Ministère public bernois a vu dans leur erreur de jugement une lésion corporelle grave par négligence. Problème: l’opération du 13 février 2012 est bientôt prescrite. Selon le «Bieler Tagblatt», les deux prévenus et leurs avocats ont, semble-t-il, tout fait pour ajourner l’audience et se tirer d’affaire via la prescription.

Le Ministère public ayant délivré une ordonnance pénale contestée par les chirurgiens, l’audience de lundi n’était pas indispensable. Les chirurgiens n’ont pas daigné se présenter. Tant pis pour eux: le Tribunal régional a transformé l’ordonnance en décision définitive: les deux chirurgiens sont reconnus coupables de lésions corporelles graves par négligence.

La peine pécuniaire est de 48 600 francs pour l’un et de 37 800 francs pour l’autre, avec sursis pendant deux ans.

Un recours auprès de la Cour suprême du canton de Berne est encore possible. (Le Matin)

Créé: 12.02.2019, 16h42

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.