Lundi 30 mars 2020 | Dernière mise à jour 16:21

Grisons Le ciel s'abat une nouvelle fois sur Bondo

Des roches sont tombées vendredi sur le village, deux jours après l'important éboulement qui a ravagé la commune.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux jours après l'important éboulement survenu dans les Grisons, de la nouvelle matière rocheuse s'est détachée du Piz Cengalo vendredi après-midi. Comme mercredi, les éboulis ont été poussés jusqu'au village de Bondo (GR), qui a encore une fois été évacué.

Le nouvel effondrement était attendu. En effet, un million de mètres cubes de roches sont encore attachés à la montagne, mais se trouvent en mouvement. Malgré les risques, les autorités ont autorisé vendredi matin une partie des 100 habitants évacués mercredi de Bondo à retourner chez eux. Ils n'ont pu y rester que quelques heures, avant d'être une nouvelle fois contraints de quitter le village. Il n'y a pas de blessés.

De leur côté, les secouristes ont poursuivi leurs intenses efforts de recherche des huit disparus vendredi. L'important déploiement accompagné de chiens et d'hélicoptères reste pour l'heure sans succès.

Deux Suisses

La police a pour sa part donné des précisions sur ces personnes. Il s'agit de quatre ressortissants allemands du Bade-Wurtemberg, de deux Autrichiens du Steiermark et de deux Soleurois. Ce sont des randonneurs et alpinistes qui cheminaient indépendamment par groupes de deux.

L'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) a fermé l'espace aérien dans un rayon de cinq kilomètres autour de la zone de recherche. Cette mesure, en vigueur jusqu'à lundi minuit, doit permettre aux secours de pouvoir agir sans être dérangé par des tiers.

Éboulement du siècle

L'éboulement survenu mercredi matin a été suivi d'une importante coulée de boue. Celle-ci a détruit ou endommagé douze mayens dans le Val Bondasca et quatre constructions à Bondo.

Il s'agit d'un des plus importants événements de ce genre de ces cent dernières années. Selon le géologue cantonal des Grisons Martin Keiser, l'éboulement a été causé par une combinaison de facteurs: le dégel du permafrost et la pression de l'eau dans la roche.

(ats/nxp)

Créé: 25.08.2017, 17h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.