Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 18:59

France Clopes empoisonnées pour détrousser les victimes

Des malfrats offriraient des cigarettes vaporisées d'un puissant produit toxique pour étourdir et dévaliser leurs proies. Une enquête a été ouverte.

(Image d'illustration) Depuis samedi, quatre cas similaires ont été rapportés en France.

(Image d'illustration) Depuis samedi, quatre cas similaires ont été rapportés en France. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cigarettes qu'ils donnent à des jeunes croisés dans la rue les rendent comateux ou léthargiques, en faisant des proies faciles à voler: une enquête a été ouverte dans le centre-est de la France après six intoxications.

«Une première»

Les auteurs de ces agressions n'ont pas été identifiés pour le moment.

L'enquête, «apparemment une première à l'échelle de la France métropolitaine», a été ouverte pour «vols aggravés avec violence et en réunion et par l'administration de substances nuisibles», a indiqué à l'AFP mercredi le procureur de la République de Roanne, Abdelkrim Grini.

«On comptabilise depuis samedi quatre faits distincts sur Roanne et Le Coteau qui ont fait six victimes en quatre jours», a-t-il déclaré. Certaines victimes ont été conduites à l'hôpital, d'où elles sont ressorties depuis.

Puissant produit

Ce phénomène «assez inquiétant a fait l'objet d'un précédent sur l'Ile de La Réunion», territoire français de l'océan Indien, a-t-il précisé.

Cette série d'agressions concerne des jeunes qui ont fumé entre deux et quatre des cigarettes offertes par d'autres croisés dans la rue.

Le tabac de ces cigarettes roulées était apparemment vaporisé d'un puissant produit ayant pour effet de les plonger dans un état de délire, comateux ou léthargique. Ce week-end, un des jeunes intoxiqués s'est montré agressif envers les pompiers venus le secourir, tandis qu'un autre avalait du gravier.

Analyses en cours

Plusieurs des victimes se sont fait dérober des effets personnels, notamment leur smartphone.

«Pour identifier le produit en cause, des analyses sont en cours à partir de résidus de mégots récupérés et d'analyses sanguines des victimes», selon le parquet, qui privilégie la piste de la délinquance locale. (afp/nxp)

Créé: 31.07.2019, 18h34

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.