Mardi 19 novembre 2019 | Dernière mise à jour 14:00

Corée du Sud La compagnie du ferry a ignoré une alerte d'instabilité

Le commandant en titre du Sewol, en congé le jour du drame, avait averti sa compagnie de l'instabilité du navire, qui a sombré il y a deux semaines avec 476 personnes à bord. Ses mises en garde ont été ignorées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le capitaine en titre du ferry sud-coréen qui a sombré il y a deux semaines avec 476 personnes à bord avait averti sa compagnie de l'instabilité du navire, ont indiqué mercredi les enquêteurs.

Mais ses mises en garde ont été ignorées. Ce capitaine était en congé au moment du naufrage.

Le bilan de la catastrophe était mercredi de 210 morts et 92 disparus, selon les garde-côtes. Les plongeurs continuaient de progresser à l'intérieur du Sewol pour rechercher les corps manquants. Ces opérations ont été ralenties ces derniers jours à cause de forts courants et de débris qui bloquent l'accès des cabines immergées.

En congé

Les enquêteurs ont entendu mardi le capitaine en titre du Sewol qui était en congé au moment du naufrage. Selon le procureur Yang Jong-Jin, l'officier a affirmé avoir vainement prévenu la compagnie de graves problèmes de stabilité.

La compagnie, Chonghaejin Marine Co., a racheté en 2012 le navire alors en service depuis 18 ans. Elle a fait construire des cabines supplémentaires sur les ponts 3, 4 et 5. Selon le capitaine, ces travaux ont altéré l'équilibre du ferry et réduit sa capacité à résister à la houle. Ses avertissements ont systématiquement été ignorés, assure-t-il.

Les circonstances de l'accident ne sont pas connues mais des experts ont émis l'hypothèse qu'un virage trop sec avait déplacé la cargaison du navire en le faisant irrémédiablement basculer d'un côté.

Les enquêteurs cherchent à confirmer des informations selon lesquelles le navire transportait une cargaison supérieure de trois fois à sa limite autorisée.

Le patron de Chonghaejin Marine a été entendu mardi par les enquêteurs à Incheon, le port d'où est parti le ferry. Kim Han-Sik, 71 ans, avait demandé pardon le lendemain du naufrage en affirmant que lui et ses collaborateurs s'étaient rendus coupables d'un «grave péché». Il pourrait être inculpé de négligence, détournement de fonds et fraude fiscale. (ats/nxp)

Créé: 30.04.2014, 11h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.