Lundi 25 mai 2020 | Dernière mise à jour 12:55

France En congé, une infirmière va aider les hôpitaux débordés: virée

Après avoir vu son service fermer, une infirmière de Brest (F) s'est portée volontaire dans les hôpitaux parisiens malgré ses congés forcés. Sa direction n'a pas apprécié et n'a pas renouvelé son contrat.

La direction du CHRU de Brest n'a pas apprécié l'initiative de l'une de ses infirmières.

La direction du CHRU de Brest n'a pas apprécié l'initiative de l'une de ses infirmières. Image: Google street view

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À la mi-mars, l'hôpital universitaire de Brest (F) a fermé certains de ses services pour se préparer à l'épidémie de coronavirus. Selon «Ouest-France» plusieurs employés desdits services se donc sont retrouvés en congés forcés, faute d'activité. Parmi eux, une infirmière de 25 ans, travaillant dans l'établissement depuis juillet 2019.

Le 20 mars dernier, cette dernière n'a pas hésité longtemps pour répondre à l'appel d'urgence de l'assistance publique-hôpitaux de Paris, qui cherchait du renfort pour lutter contre le coronavirus. Deux jours plus tard, après avoir organisé la garde de sa fille de 18 mois, la jeune femme se rendait dans la capitale pour prêter main forte. «J’ai enquillé six nuits exténuantes en une semaine!», raconte-t-elle au journal français.

«J'expose ma famille à des risques!»

Malheureusement, son dévouement finira par se retourner contre elle puisque le 26 mars, l'infirmière reçoit un email de sa direction lui indiquant que son contrat à durée déterminée ne sera pas renouvelé. Ce mercredi, après un bref retour à Brest d'une journée pour rendre visite à sa fille, elle donc est repartie pour aider à Paris, sachant que le chômage l'attend dès le 5 avril.

«Le CHRU s’était engagé à renouveler mon contrat», s'indigne-t-elle. «Je me fais virer parce que je suis partie prêter main-forte alors que j’aurai dû rester confinée, à Brest, à une heure et demie de mon hôpital.» Et d'ajouter: «À Paris, je suis seule, et confinée. Je m’expose et j’expose ma famille à des risques, mais je me sens utile!»

Contactée par «Ouest-France», la direction de l'hôpital brestois n'a pas donné suite aux sollicitations du journal. Comble de l'histoire, l'établissement aurait depuis lancé un appel aux volontaires pour aller aider les hôpitaux en région parisienne. «C’est ce que j’ai fait mais on me le reproche [...] C'est odieux!», fustige l'infirmière lésée.

J.Z

Créé: 02.04.2020, 06h50

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.