Mardi 14 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:15

France Coronavirus: les crachats sur policiers se multiplient

Les contrôles pour non-respect des mesures de confinement se passent trop souvent très mal, selon les syndicats de police.

En France, les contrôles liés aux règles de confinement sont régulièrement houleux.

En France, les contrôles liés aux règles de confinement sont régulièrement houleux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mercredi vers 17 h 30 relate «Le Parisien», des policier ont contrôlé un joggeur dans la forêt de Fontainebleau (Seine-et-Marne). L’homme de 31 ans a refusé de présenter son attestation de déplacement dérogatoire comme sa carte d’identité. Puis il s’est mis à insulter les agents.

Interpellé puis menotté, il a été mené au commissariat. Là, il «s'est mis à tousser et à cracher au visage des fonctionnaire». L’homme a passé la nuit en garde à vue. Il a été testé pour le coronavirus mais les résultats n’ont pas été communiqués.

Une «triste mode»

Les crachats sur policiers deviennent en France une «triste mode», écrit le quotidien français. On peut le dire: peu avant minuit, lundi à Nantes, un SDF aviné a craché sur des policiers, a rapporté France Bleu. «Je vous donne le coronavirus», a lancé aux agents cet homme de 37 ans, lui aussi placé en garde à vue.

Lundi dernier également, avait expliqué «Le Parisien», le contrôle d’une jeune femme de 24 ans a été particulièrement «houleux» à Longjumeau, dans l’Essonne. Elle a insulté les policiers, a tenté de fuir, puis a griffé un des agents et craché sur un autre en prétendant: «J'ai le coronavirus, vous allez tous crever». Jugée le lendemain en comparution immédiate, elle a écopé de 7 mois de prison ferme, car cette femme au casier judiciaire chargé était en récidive légale.

«J’ai le coronavirus. J’ai la gale»

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, à Angers, en Maine-et-Loire, un jeune homme de 28 ans a été pincé en plein cambriolage. Une fois au poste, il a craché à deux reprises sur les policiers qui l’interrogeaient, a raconté «Ouest-France». Puis il a balancé: «J’ai le coronavirus, j’espère que tu vas l’attraper. J’ai la gale, j’espère que tu vas en crever»…

Cet homme «déjà été condamné 24 fois», note le quotidien, a également été jugé en comparution immédiate. Il a pris un an et demi de prison, dont six mois avec sursis.

Huit policiers confinés

La semaine dernière à Millau (Aveyron), un individu s’est rebellé contre son contrôle et a été interpellé. Au commissariat, «l'homme a craché sur huit fonctionnaires qui ont dû être placés en confinement», a expliqué «La Dépêche du Midi». Finalement ce cracheur n’était pas porteur du coronavirus et les policiers ont pu regagner leur poste.

Tout ces cas en seulement une semaine et presque toujours en lien avec des contrôles pour non-respect du confinement. «Désormais, une fois sur deux, les contrôles se passent mal. Il y a régulièrement des outrages, de la rébellion ou des crachats», commente Christophe Gonzalez, secrétaire régional du syndicat Alliance 77, dans «Le Parisien». Et de réclamer «des sanctions exemplaires et le dépistage systématique de nos collègues. Ils sont en première ligne et risquent leur vie.»

R.M.

Créé: 26.03.2020, 17h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.