Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 14:41

Crash Corps récupéré dans l'avion: c'est bien celui de Sala

Le corps récupéré dans l'épave de l'avion qui s'est crashé dans la Manche est celui du footballeur Emiliano Sala .

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le corps récupéré dans l'épave de l'avion, qui avait disparu au-dessus de la mer Manche le 21 janvier, a été formellement identifié comme étant celui du footballeur argentin Emiliano Sala. Les raisons de l'accident restent pour l'heure encore inconnues.

«Les familles de M. Sala et du pilote (...) ont été informées. Nos pensées sont pour eux tous», a indiqué jeudi soir la police du comté de Dorset, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Le coroner «continuera d'enquêter sur les circonstances de ce décès», a-t-elle précisé.

L'épave du monomoteur Piper Malibu, qui emmenait le pilote, âgé de 59 ans, et l'ex-attaquant de Nantes, âgé de 28 ans, vers son nouveau club de Cardiff, avait été localisée dimanche, à l'endroit où l'avion avait cessé d'émettre. Elle reposait à 67,7 mètres de fond dans la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île anglo-normande de Guernesey.

Enregistrement vidéo récupéré

Le corps trouvé dans l'épave avait été amené à terre jeudi matin. Les tentatives de récupération de l'épave ont, elles, «échoué», avait indiqué mercredi soir le bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB), évoquant notamment de «mauvaises conditions météorologiques».

Les raisons de l'accident restent inconnues, mais l'AAIB espère avoir collecté suffisamment d'indices en filmant l'épave pour pouvoir faire la lumière sur les circonstances du drame.

«Bien qu'il n'ait pas été possible de récupérer l'avion, le long enregistrement vidéo effectué par le ROV (Remotely Operated Vehicle, véhicule sous-marin télécommandé) devrait fournir de précieux éléments» pour l'enquête, avait souligné l'organisme.

Douleur en Argentine

La confirmation de la mort du footballeur a ému les Argentins, des habitants de Progreso, où Sala a grandi, jusqu'au président argentin Mauricio Macri. «Depuis que nous avons appris (l'identification du corps), les gens ne parlent que de ça, le village est très affecté. Il était très aimé et admiré de tous. Ici c'est petit, tout le monde se connaît», a confié à l'AFP par téléphone le patron du restaurant La Sociedad Italiana, Oscar Heymo.

Jeudi soir, dans le bourg agricole de Progreso, où a vécu Emiliano Sala de 3 à 15 ans, les habitants faisaient triste mine. Ami d'Horacio Sala, le père du footballeur, le restaurateur n'a pas eu le courage de lui rendre visite jeudi. «Cette histoire, c'est terrible, vous n'imaginez pas la douleur qu'on ressent», dit Oscar Heymo, ému par la mort de l'idole de Progreso.

«Quelle tristesse, c'est la pire des nouvelles. Repose en paix Guerrier. Mes condoléances à la famille et aux proches d'Emiliano Sala», a réagi sur Twitter l'ancien international Gabriel Batistuta, originaire comme Sala de la province de Santa Fe. « Quelle douloureuse nouvelle. Mes condoléances aux membres de la famille, aux amis, aux compagnons d'Emiliano Sala dans ce moment si difficile. Nous sommes avec vous», a tweeté le président argentin Mauricio Macri, ancien président du club de Boca Juniors.

«Nous sommes tous abattus par cette information, nous lui dédions cette qualification», a déclaré à Fox Sport Fernando Batista, sélectionneur de la sélection argentine U-20, qui a décroché jeudi son billet pour le Mondial de la catégorie.

(afp/nxp)

Créé: 08.02.2019, 00h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.