Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 01:39

VAUD Retrouvée morte à Yverdon, Sara a-t-elle été tuée par son ex?

Disparue depuis le 27 décembre, la jeune fille de 17 ans a été découverte sans vie près du lac à Yverdon. Son ex-petit ami a été arrêté, fortement soupçonné d'homicide.

Sara, 17 ans, avait été vue pour la dernière fois le vendredi 27 décembre à Yverdon, à 14 h.

Sara, 17 ans, avait été vue pour la dernière fois le vendredi 27 décembre à Yverdon, à 14 h. Image: Facebook

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis dix jours, depuis le vendredi 27 décembre, Sara, 17 ans, n'a plus donné signe de vie. Ce jour-là, elle avait quitté Baulmes avec une de ses cadettes pour se rendre à Yverdon, à une dizaine de kilomètres de là. Et y retrouver, seule, son ex-petit copain. Elle est aperçue pour la dernière fois à l'avenue William-Barbey, à 14h. Une cliente du McDonald’s affirme pourtant l'avoir croisée le samedi 28 décembre au fast-food.

«Avec une autre jeune femme et un gars»

«Elle était accompagnée d'une autre jeune femme, un peu plus âgée qu’elle, très maquillée et très provocante. Elles recevaient des messages sur leurs portables. A un moment, Sara est sortie seule du mac do en se précipitant et un gars est venu par la suite enlacer, voire plus, l’autre fille. Au bout de quelques minutes, ils avaient tous disparus!» Notre interlocutrice s'en ouvrira le lendemain lors de la diffusion de l'avis de disparition en composant le numéro ad hoc.

La police cantonale vaudoise a signalé sa disparition et transmis son signalement aux médias le 30 décembre, la jeune fille étant mineure. Si, dans un premier temps, son absence n'a pas été jugée inquiétante, des battues ont finalement été organisées par les forces de l'ordre à Yverdon, plus particulièrement dans le quartier où elle avait rendez-vous avec son ancien petit ami et près des rives du lac. Et c'est bien le cadavre de Sara qui a été découvert lundi dans le périmètre de recherches.

Tuée il y a plusieurs jours

Comme annoncé, la police cantonale vaudoise a communiqué cet après-midi. Et confirmé l'identité de la dépouille qui gisait à proximité de l'eau. Elle indique en outre que: «La victime a vraisemblablement été tuée plusieurs jours avant sa découverte lundi matin vers 11h. Et que son ami, un Afghan de 19 ans domicilié dans la région lausannoise, a été placé en détention provisoire, fortement soupçonné d'être impliqué dans ce qui paraît être un homicide.»

Sur les circonstances et les causes du décès de la malheureuse, aucune information ne transpire à ce stade de la procédure. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police de sûreté. Plus de 30 inspectrices et inspecteurs sont mobilisés sous l'autorité de la procureure Claudia Correia. Contactée, la magistrate n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Cellule de crise à l'école

A l'établissement primaire et secondaire de Sainte-Croix, là où Sara était scolarisée avec ses deux plus jeunes sœurs, une cellule de crise a été mise en place pour encadrer au mieux les élèves et les camarades de la défunte, décédée tragiquement.

Sara vivait à Baulmes depuis fin 2015 avec sa mère et ses trois frères et sœurs. Originaire d'Afghanistan, elle avait d'abord séjourné au Centre d'accueil de requérants de Sainte-Croix avant de rejoindre le village vaudois. La famille avait réussi à obtenir un permis B (ndlr. résident longue durée).

Evelyne Emeri

evelyne.emeri@lematin.ch

Créé: 07.01.2020, 12h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.