Lundi 20 janvier 2020 | Dernière mise à jour 06:45

Jura Femme retrouvée morte: la justice mise en cause

L'avocat de la famille de la femme retrouvée morte à Courfaivre estime qu'il y a des éléments probants attestant du manque de diligence de la justice jurassienne.

La police cantonale avait retrouvé fin octobre les corps sans vie d'un homme et d'une femme dans un appartement de Courfaivre (JU).

La police cantonale avait retrouvé fin octobre les corps sans vie d'un homme et d'une femme dans un appartement de Courfaivre (JU). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un procureur extraordinaire dirigera l'enquête sur le drame conjugal de Courfaivre (JU). L'avocat Frédéric Hainard, mandaté par la famille, met en cause la justice jurassienne pour manquement à l'égard de la femme tuée.

L'avocat neuchâtelois a déposé le 5 décembre une plainte pénale. Selon lui, il y a eu omission de prêter secours voire homicide par négligence dans le drame de Courfaivre.

Comme le ministère public jurassien est directement concerné, les procureurs qui le composent ne sont pas habilités à diligenter la procédure. Le cas est donc remis à Pierre Aubert, Procureur général du canton de Neuchâtel, a indiqué mercredi le ministère public jurassien.

Manque de diligence?

Le 21 octobre dernier, les corps sans vie d'un homme et d'une femme avaient été découverts dans un appartement de Courfaivre. La femme avait déposé plainte contre son conjoint pour agression sexuelle quelques jours avant cette issue fatale.

Pour Frédéric Hainard, interrogé la semaine dernière par la RTS, il y a des éléments probants qui attestent du manque de diligence de la justice jurassienne. Il n'est pas normal selon lui qu'aucune mesure de privation de liberté n'ait été prise pour un cas de viol sous la contrainte.

La victime, qui s'était constituée partie plaignante, n'a en outre pas été invitée aux auditions du prévenu conduites par le ministère public. Enfin, les armes de poing de l'agresseur ont été séquestrées mais pas sa «panoplie» de couteaux. «Les enfants de ce couple ont le droit de connaître toute la vérité», selon Frédéric Hainard. (ats/nxp)

Créé: 11.12.2019, 16h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.