Vendredi 20 octobre 2017 | Dernière mise à jour 08:40

France Deux détenus en examen pour projet d'attentat

Deux détenus, connus pour leur radicalisation, projetaient de perpétrer des attentats à leur sortie de prison.

La prison de Fresne, en région parisienne. (Image d'archive)

La prison de Fresne, en région parisienne. (Image d'archive) Image: Keystone

Galerie photo

Espagne: deux attentats à la voiture bélier à Barcelone et à Cambrils

Espagne: deux attentats à la voiture bélier à Barcelone et à Cambrils 15 personnes ont perdu la vie et une centaine d'autres ont été blessées à Barcelone et à Cambrils, une station balnéaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deux détenus de la prison de Fresnes, un Camerounais de 28 ans et un Français de 22 ans, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle. Ils sont soupçonnés d'avoir projeté un attentat depuis la prison de banlieue parisienne.

De source judiciaire, on indique qu'ils fomentaient de commettre des attentats à l'extérieur de la prison puisqu'ils devaient sortir l'un et l'autre dans les jours à venir. Tous deux étaient incarcérés pour des faits de droit commun - braquage, violences, vols - mais étaient connus en prison pour leur radicalisation.

«Ces deux islamistes radicaux voulaient monter un groupe de combattants avec la volonté de monter en puissance par le biais de diverses actions, à l'extérieur de la prison, ciblant entre autres des policiers et des surveillants de prison», a expliqué une source proche de l'enquête.

«Différentes cibles»

«Les deux hommes ont eu des échanges en détention au cours desquels ils évoquaient un projet de passage à l'acte, qu'ils auraient eu à l'extérieur de la prison, mais sans que ce projet n'ait été encore précisément défini sur le choix de la cible», a expliqué une autre source proche de l'enquête, confirmant que «différentes cibles» étaient évoquées.

Les deux hommes étaient en contact téléphonique avec d'autres détenus radicalisés incarcérés dans d'autres établissements pénitentiaires.

Ils ont été extraits de cellule, placés pendant quatre jours en garde à vue à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), mis en examen puis de nouveau écroués en détention provisoire dans ce cadre.

Le Camerounais était suivi depuis fin 2016 par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Les investigations ont montré également qu'il avait été en contact avec une personne présente dans la zone irako-syrienne.

Une aide

Le Camerounais, qui devait sortir de prison ce mardi, a confirmé aux enquêteurs qu'il comptait commettre un attentat sans donner plus de précisions, a précisé une source proche du dossier. Il était un sympathisant du groupe Etat islamique, a-t-elle ajouté. La section antiterroriste du parquet de Paris avait ouvert une enquête il y a plusieurs mois.

Les enquêteurs de la DGSI ont procédé à l'interpellation des suspects alors qu'un Réunionnais de 44 ans «projetait de se rendre en métropole pour apporter un soutien logistique aux deux détenus», a ajouté une autre source proche de l'enquête.

Le Réunionnais a pour sa part été récemment mis en examen pour «apologie publique d'actes de terrorisme, par le biais de messages adressés sur un compte Twitter entre juin et août 2017», puis placé en détention provisoire. (ats/nxp)

Créé: 10.10.2017, 01h26


Sondage

Lisez-vous des bandes dessinées?





S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.