Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:32

Naufrage en Hongrie Deux nouveaux corps retrouvés dans le Danube

Le bilan du naufrage de mercredi dans le Danube, à Budapest, est désormais de neuf morts, après la découverte de deux nouveaux corps.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des plongeurs ont retrouvé un huitième et un neuvième corps après le naufrage d'un bateau d'excursion la semaine dernière sur le Danube à Budapest, a annoncé lundi la police hongroise. Dix-neuf personnes sont toujours portées disparues.

Cette embarcation de 26 mètres de long baptisée la «Sirène», qui transportait 33 Sud-Coréens et deux membres de l'équipage hongrois, a coulé mercredi soir en sept secondes après une collision avec un navire de croisière de 135 mètres, le «Viking Sigyn». Seuls sept survivants ont été dénombrés.

Lundi, «des plongeurs professionnels hongrois ont découvert un corps et ont montré l'endroit où il se trouvait à des plongeurs sud-coréens qui l'ont remonté à la surface», selon un communiqué de la police diffusé par l'agence de presse MTI. D'après les médias sud-coréens, il s'agissait d'une femme dont le cadavre a été localisé sur la partie extérieure de l'épave, qui gît par neuf mètres de fond.

A 100 km en aval

La police a également annoncé lundi que le corps d'une autre personne, un homme d'âge mur de nationalité sud-coréenne d'après les médias hongrois, avait été retrouvé à 100 kilomètres en aval du lieu de la collision, près de la ville d'Harta.

Des professionnels ont une nouvelle fois plongé dans le Danube lundi à Budapest pour une tentative de «reconnaissance» de l'épave, et ce dans des conditions «extrêmement dangereuses», ont expliqué les autorités.

«La vitesse du courant a décru, mais il est toujours extrêmement difficile de s'y mouvoir», a déclaré le responsable des opérations, Janos Hajdu, soulignant que l'«opération de reconnaissance» avait été réalisée par les plongeurs hongrois et sud-coréens dépêchés sur place.

Débit deux fois supérieur

Une première tentative la semaine dernière avait failli être fatale à un plongeur, le fleuve connaissant un débit deux fois supérieur à la normale en raison de fortes pluies et de la fonte des neiges du massif alpin.

«Notre tâche prioritaire est de sortir les corps de l'eau dès que possible. Nous faisons tout ce qui est possible à cet effet sauf une chose: entrer dans l'épave proprement dite. C'est strictement interdit car extrêmement dangereux», a raconté M. Hajdu, soulignant que la visibilité sous l'eau était nulle. (ats/nxp)

Créé: 03.06.2019, 23h12

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.