Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 17:50

Genève Drame de La Plaine: Il «s'est acharné sur elle»

Le Tribunal criminel a condamné vendredi un Genevois de 41 ans à 12 ans de prison. Le prévenu a été reconnu coupable de l'assassinat de son amante, en janvier 2016, à son domicile. Il lui avait asséné 13 coups de couteau.

Le drame s'est déroulé au domicile de la victime, à La Plaine (GE).

Le drame s'est déroulé au domicile de la victime, à La Plaine (GE). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal criminel de Genève a condamné vendredi un homme de 41 ans à 12 ans de prison. Le prévenu a été reconnu coupable de l'assassinat de son amante, en janvier 2016, à La Plaine (GE). Il lui avait asséné 13 coups de couteau.

«Votre faute est très lourde», a déclaré, s'adressant à ce mécanicien auto de formation, le président du tribunal François Haddad. La cour a retenu le mobile particulièrement odieux et futile qui a poussé le prévenu à tuer. L'accusé voulait empêcher sa maîtresse de 49 ans de révéler leur relation à sa compagne de l'époque.

Poignardée par surprise

Pour le tribunal, le prévenu a agi par pur égoïsme, pour s'épargner un désagrément, alors qu'il était lui-même responsable de la situation. Lorsqu'il s'est rendu à l'appartement de sa victime, il n'a pas privilégié le dialogue. Il l'a frappé avec un couteau qu'il était allé chercher à la cuisine en la prenant par surprise.

Il a ensuite poignardé son amante encore 12 fois. Il «s'est acharné sur elle» et la victime, qui s'est vidée de son sang, a dû se voir mourir durant longues minutes, a souligné le tribunal dans son jugement. Le prévenu s'en est pris à une femme sans défense, qui lui faisait confiance et qui l'avait aimé.

Une personnalité borderline

A la décharge de l'accusé, les juges ont noté l'excellente collaboration dont il a fait preuve durant la procédure, sa prise de conscience de la gravité de son acte ainsi que sa volonté faiblement restreinte telle que l'ont décrite les experts chargés d'analyser sa personnalité, qualifiée de borderline.

Le Tribunal criminel a retenu la circonstance aggravante de l'assassinat et n'a pas suivi la défense qui avait plaidé pour une condamnation pour meurtre. Vincent Spira ne savait pas à l'issue de l'audience de jugement si un recours allait être déposé contre le verdict.

«Cette question mérite réflexion», car, selon l'avocat, la peine qui a été infligée «n'apparaît pas comme excessive ou disproportionnée» par rapport au crime qui a été commis. Laura Santonino, l'avocate de la fille de la victime, s'est, pour sa part, montrée satisfaite du jugement, «qui prend en compte l'atrocité de ce qui s'est passé». (ats/Le Matin)

Créé: 19.10.2018, 11h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.