Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:23

FRANCE Elle tue sa mère en tentant de se suicider: 9 ans de prison

Une Française a été condamnée à 9 ans de prison pour avoir tué sa mère octogénaire en faisant exploser sa maison, alors qu'elle tentait de se suicider au gaz.

Photo d’illustration - L'accusée était dépressive chronique depuis des années.

Photo d’illustration - L'accusée était dépressive chronique depuis des années. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une femme de 56 ans a été condamnée mardi à 9 ans de prison par la cour d'assises de la Moselle pour avoir tué sa mère octogénaire en ayant fait exploser sa maison, alors qu'elle tentait de se suicider au gaz. Accusée de «destruction du bien d'autrui par un moyen dangereux ayant entraîné la mort», elle risquait la prison à perpétuité.

Cependant la cour a reconnu que l'accusée, dépressive chronique depuis des années, était atteinte d'un «trouble psychique ou neuro-psychique» qui avait altéré son discernement au moment des faits, survenus en mars 2012 à Merten (Moselle).

Sa condamnation après deux jours d'audience, conforme aux réquisitions du ministère public, a été assortie d'une obligation de soins durant la détention et d'un suivi socio-judiciaire par la suite.

«Une tragédie familiale»

«C'est une tragédie familiale», a déclaré à l'AFP son avocate, Me Charlotte Cordebar. Selon elle, sa cliente «s'en veut terriblement d'avoir fait ça et aurait aimé mourir» à la place de sa mère. «Elle pensait partir tranquillement en s'endormant en ouvrant les bouteilles de gaz, elle ne pensait pas que cela allait faire tout exploser», a-t-elle ajouté.

«On va pouvoir s'orienter vers un aménagement de peine d'ici 8 mois-1 an, du type semi-liberté probatoire, libération conditionnelle» a encore estimé l'avocate, rappelant que sa cliente a déjà purgé deux ans et demi de prison dans l'attente de son procès.

Me Hervé Saumier, l'avocat de la sœur de l'accusée, qui a assisté aux débats en tant que partie civile, a aussi estimé que la peine était «équilibrée» au vu des circonstances particulières de l'affaire. «Personne ne contestait le trouble du discernement de l'accusée» a-t-il précisé.

(afp/nxp)

Créé: 18.11.2014, 21h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.