Jeudi 27 juin 2019 | Dernière mise à jour 06:14

Brésil Emeutes violentes à Copacabana après la mort d'un danseur

La mort d'un danseur et DJ connu a provoqué de violentes émeutes mardi soir à Rio dans une favela du quartier touristique de Copacabana, à quelques semaines du coup d'envoi de la coupe du monde de football.

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon le secrétariat municipal à la santé, un homme d'environ 30 ans a été tué d'une balle dans la tête. Son identité n'a pas été révélée. Pneus brûlés pour ériger des barricades, coups de feu et casse: les troubles ont commencé vers 17h30 locales après que le corps d'un danseur et DJ de la favela Pavao-Pavaozinho, Douglas Rafael da Silva Pereira, 25 ans, a été retrouvé mort dans une crèche locale.

Selon les amis de Douglas, il aurait voulu échapper lundi soir à des échanges de tirs entre policiers et trafiquants de drogue. Il aurait alors sauté un mur pour se réfugier dans la crèche mais aurait été pris pour un trafiquant et battu à mort par les forces de l'ordre de l'Unité de police pacificatrice (UPP), installée depuis décembre 2009 dans la favela en vue de la sécurisation de la ville pour la Coupe du monde de football (12 juin-13 juillet).

Clinique privée sacagée

«Ce danseur c'était un miroir pour les jeunes. Les jeunes se sont révoltés. Il y a eu une révolution des jeunes. Quelle Coupe du monde on va avoir! Il faut descendre dans la rue», criait une femme au cœur du tumulte. Deux grandes avenues et un tunnel ont été fermés à la circulation, provoquant de grands embouteillages. A Ipanema, le quartier voisin, des manifestants qui cherchaient à échapper à la police ont saccagé une clinique privée, selon le site d'informations G1.

Sous un pont de Copacabana à proximité de la favela, une vingtaine de véhicules de police étaient garés. De nombreux débris de verre jonchaient le sol, apparemment des bouteilles de bière jetées sur la chaussée depuis la favela qui la surplombe.

«Les circonstances de la mort de Douglas font l'objet d'une enquête. Le rapport fait sur place indique que les blessures de Douglas sont compatibles avec une mort occasionnée par une chute. Témoins et habitants seront convoqués pour témoigner», a indiqué de son côté la police dans un bref communiqué. L'électricité est restée coupée plusieurs heures dans toute la favela, selon un autre témoignage.

Des hélicoptères ont survolé la zone où un trafiquant surnommé «Pitbull» était recherché et vers 20h locales la situation restait tendue mais les affrontements avaient cessé.

Emeutes fréquentes à Rio

Depuis 2008, le gouvernement de Rio a installé 39 UPP dans 174 favelas de la ville, afin d'en chasser les trafiquants. Dernièrement, il y a eu un regain de violence: une série d'attaques d'UPP attribuées au crime organisé ont eu lieu. Selon des spécialistes en violence, ces émeutes et attaques récentes contre les UPP sont une démonstration de force orchestrée par les trafiquants de drogue qui avaient perdu du terrain.

Rio de Janeiro, à l'instar d'autres villes du Brésil, est périodiquement secoué par des émeutes ou des manifestations qui dégénèrent en violents affrontements, semant l'inquiétude sur l'organisation de la grande fête mondiale du football en juin.

Samedi, quatre autobus, un camion et deux automobiles ont été incendiés à Rio de Janeiro par plusieurs dizaines de manifestants protestant là encore contre la mort de deux jeunes gens lors d'interventions policières.

Quelques jours plus tôt, à Salvador de Bahia (nord-est du Brésil), l'une des 12 villes hôtes du Mondial, la police avait fait grève avec pour résultat une vague de pillages et 39 meurtres en moins de 48 heures.

Les militaires dans les favelas

(afp/nxp)

Créé: 23.04.2014, 07h47


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.