Lundi 20 mai 2019 | Dernière mise à jour 08:12

France Les enfants étaient les «jouets sexuels» de la famille

Sept personnes, dont une mère, une grand-mère ou encore un oncle ont été arrêtés en France pour avoir abusé d'une fratrie de trois enfants de 4, 7 et 10 ans.

Une épouvantable affaire de viols et d’agressions sexuelles sur plusieurs jeunes enfants d’une même fratrie vient d’être mise au jour.

Une épouvantable affaire de viols et d’agressions sexuelles sur plusieurs jeunes enfants d’une même fratrie vient d’être mise au jour.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sept personnes soupçonnées de viols et d'attouchements sexuels sur une fratrie de trois enfants de leur entourage en Isère ont été mis en examen, a-t-on appris jeudi auprès du parquet de Grenoble, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

La mère, le beau-père, l'oncle et la grand-mère des trois enfants, deux filles de 4 et 7 ans et leur demi-frère de 10 ans, ont été placés en détention provisoire, a détaillé le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant.

Ils ont été mis en examen mercredi et jeudi pour viols, agressions sexuelles imposées, violences par personne ayant autorité, non assistance, corruption ou encore non dénonciation de mauvais traitement.

Dix adultes âgés de 30 à 64 ans

Trois autres personnes, dont l'identité n'a pas été révélée par le parquet, ont été mises en examen mercredi «pour des faits de même nature» et ont été placées sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction d'entrer en contact avec les victimes, coauteurs ou complices.

«Tous n'ayant pas accepté de répondre aux questions lors de leur interrogatoire, ils feront l'objet d'auditions ultérieures (...) et de nouvelles investigations devant être réalisées, l'information judiciaire se poursuit», a précisé le procureur.

Selon le «Dauphiné Libéré», qui a révélé l'affaire, dix adultes âgés de 30 à 64 ans ont été interpellés et placés en garde à vue lundi matin dans le nord du département, près de Bourgoin-Jallieu.

Les faits, qui se seraient déroulés entre l'été 2016 et la fin 2018, «et particulièrement à partir du moment où la mère des enfants s'est mise en couple» avec le beau-père, ont été révélés en septembre dernier par l'aîné de la fratrie, a expliqué le procureur.

Scènes effroyables

Une information judiciaire, ouverte le 25 octobre et confiée à la brigade de recherches de Bourgoin-Jallieu, «au regard de la qualification criminelle des faits», a donné lieu à de «nombreuses investigations d'environnement et techniques», des témoignages ayant été recueillis sur la cellule familiale.

«Les mois passant, le garçon mais également sa soeur de 7 ans, ont fait de nouvelles révélations à leurs éducateurs, instituteurs et à leurs interlocuteurs adultes, évoquant des sévices sexuels subis de manière régulière et répétée, commis par d'autres personnes de leur entourage: mère, tante, oncle, grand-père et des amis de la famille», a indiqué Éric Vaillant.

Selon le quotidien régional, les trois enfants décrivent des scènes effroyables où ils sont transformés en «jouets sexuels» lors de «soirées privées», les adultes leur faisant subir des actes sexuels, également entre eux, et même sur le chien de la famille.

Les trois enfants, qui étaient placés par l'aide sociale à l'enfance (ASE) depuis janvier 2018 pour des actes de maltraitance du couple envers l'aîné, souffrent «d'un retard de développement et de troubles du comportement».

«Mais ils avaient évolué favorablement depuis leur placement», a-t-il précisé. (afp/nxp)

Créé: 07.03.2019, 20h39

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.