Dimanche 20 janvier 2019 | Dernière mise à jour 13:40

Amérique latine Equateur: 18 morts dans l'incendie d'une clinique

L'incendie d'une clinique spécialisée dans le traitement des addictions a fait 18 morts par asphyxie vendredi dans le sud-ouest de l'Equateur.

L'incendie s'est déclaré à Guayaquil, en Equateur.

L'incendie s'est déclaré à Guayaquil, en Equateur. Image: Google Maps

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dix-huit personnes sont mortes et huit ont été blessées vendredi à Guayaquil, en Equateur, dans l'incendie d'une clinique spécialisée dans le traitement des addictions, ont annoncé les autorités. Selon de premières informations, l'incendie pourrait avoir été provoqué par des patients de la clinique dans laquelle ils étaient enfermés.

Le service de protection civile ECU-911 a annoncé dans un bilan révisé que 18 personnes étaient mortes, dont 17 asphyxiées à l'intérieur de l'établissement et un blessé décédé pendant son transfert à l'hôpital. Huit personnes ont été subi des brûlures des voies respiratoires et des inhalations de fumée et ont été hospitalisées, selon ce service.

L'établissement, spécialisé dans le traitement des addictions aux drogues ou à l'alcool, est situé dans une banlieue de Guayaquil, capitale économique de l'Equateur, dans le sud-ouest.

Pas d'autorisation légale

Raul Ledesma, gouverneur de la province de Guayas, a déclaré à la presse qu'entre 30 et 40 personnes se trouvaient dans la clinique au moment de l'incendie. Mais un survivant dont l'identité n'a pas été révélée a déclaré: «Au total nous étions 56 patients». «Près de la moitié a pu s'échapper. Ils ont cassé un mur», a-t-il dit à la presse.

Selon des informations des médias locaux, la clinique aurait fonctionné sans autorisation légale. Le gouverneur n'a pas confirmé s'il s'agissait effectivement d'une clinique clandestine.

Les autorités présument que l'incendie a été provoqué par des patients de l'établissement. Les pompiers «nous disent que (des patients) ont empilé des matelas et ont provoqué un incendie. C'était peut-être pour obtenir qu'on les libère, car ils étaient enfermés», a déclaré Tanya Varela, responsable de la police du secteur.

A la suite d'une opération lancée par les autorités, l'équipe de direction de la clinique a été appréhendée. «Les responsables ont été arrêtés. Nous ne permettrons pas que la mort d'innocents reste impunie», a déclaré le président équatorien Lenin Moreno sur son compte Twitter.

(afp/nxp)

Créé: 12.01.2019, 00h19

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.