Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 05:50

Kent (GB) Un éventreur de livres sème la désolation

Depuis avril, un vandale déchire les pages d'ouvrages dans une librairie caritative et une bibliothèque. Il est activement recherché.

L'éventreur déchire systématiquement les pages en deux, horizontalement.

L'éventreur déchire systématiquement les pages en deux, horizontalement. Image: KentOnLine capture d'écran.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gérant de la librairie Demelza, dans la petite ville côtière de Herne Bay, dans le Kent (GB) est consterné. Depuis quelques mois, un mystérieux individu s'en prend à ses livres, en déchirant des pages par le milieu, horizontalement, avant de les remettre sur les étagères. Parfois, il arrache l'une des moitiés de page. Le plus triste dans cette histoire est que l'échoppe est un magasin caritatif: les gens viennent donner leurs vieux livres qui sont ensuite revendus et les recettes sont versées à l'hôpital de la ville qui s'occupe des enfants atteints de maladies graves.

Quand ce vandale, que les clients ont surnommé «The Book Ripper» (l'éventreur de livres) en référence à «Jack the Ripper» (Jack l'éventreur), a-t-il commencé sa sinistre besogne? Difficile à dire. Les clients ne s'émeuvent pas forcément de trouver une page déchirée dans un livre d'occasion. Mais c'est en avril que certains ont commencé à s'inquiéter face à un nombre grandissant de pages déchirées, toutes de la même manière. «Nous trouvons désormais entre 10 et 15 livres endommagés par semaine», raconte le gérant de la librairie au site KentOnline. Des ouvrages qui sont retirés de la vente alors que certains auraient pu rapporter jusqu'à 3,70 francs pièce. C'est tout cela de moins pour les enfants malades.

La librairie de cette petite ville côtière collecte des fonds pour les enfants atteints de maladies graves. Photo Google

Dans les rayonnages cachés

Le criminel a repéré ses proies, frappant là où il est hors de vue des caisses, dans les sections voyage, sport et... crime. Pour le directeur de l'association caritative Demelza, qui possède cette librairie, ce sont des centaines de francs de perdus. «C'est comme si cet individu piquait dans la boîte de collecte de dons», explique-t-il au «Guardian». Pour tenter de raisonner l'éventreur, des panneaux de sensibilisation ont été installés dans la librairie, mais sans effet. Le personnel tente également de se monter beaucoup plus vigilant, mais le vandale poursuit son œuvre, sans se faire prendre et ce malgré des caméras de surveillance.

La librairie Demelza n'est pas la seule victime de l'éventreur. Des livres déchirés de la même manière ont également été découverts durant ces six derniers mois à la bibliothèque municipale de Herne Bay. Ils proviennent de toutes les sections, mais on n'en a recensé qu'une vingtaine: c'est loin d'être comparable aux centaines d'ouvrages endommagés chez Demelza, mais le personnel fait toutefois preuve depuis d'une vigilance accrue.

Pas quelqu'un d'heureux

Chez Demelza on a demandé aux vendeurs de ne pas tenter d'intervenir s'ils repèrent le coupable. Car le directeur de l'association caritative, qui a travaillé autrefois dans le domaine de la santé mentale, est inquiet pour celle de l'éventreur. «Il agit systématiquement, de manière personnelle et anonyme, ce n'est pas le signe d'une personne heureuse, explique-t-il au «Guardian». J'aimerais vraiment que tout cela cesse et que quelqu'un se fasse prendre, mais je suis en souci pour cet individu.»

Créé: 15.07.2019, 11h29

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.