Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 02:40

Saint-Gall Une famille traumatisée après la mort violente de son chien

Un homme avait sauvagement poignardé l'animal qui était décédé sous les yeux de sa propriétaire et de ses enfants, en août 2017. Plus d'un an après, ils peinent à tourner la page.

Dogue allemand (photo d'illustration)

Dogue allemand (photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Parfois, mon fils vient me voir en pleurant le matin. Il me dit qu'il fait des cauchemars dans lesquels K. nous poignarde.» Interrogée jeudi par Blick, une mère de famille saint-galloise revient sur un incident ayant traumatisé toute la famille.

En août 2017, elle, ses deux enfants ainsi que sa dogue allemande Beppi se promenaient à Brunnadern (SG). A un moment, Beppi a croisé le chemin de K., un quinquagénaire habitant la même localité, et de son husky Kenai. Quand les deux toutous ont commencé à se chamailler, K. a soudainement sorti un couteau et a poignardé Beppi à cinq reprises. La lame de neuf centimètres s'est enfoncée dans le thorax, les épaules, la hanche et le ventre de l'animal, qui s'est traîné jusqu'auprès de ses maîtres avant de décéder.

Psychologue

Selon la mère, l'homme ne s'est jamais excusé auprès d'elle ni auprès de ses enfants. Pire encore, il se serait vanté d'avoir tué le chien juste après les faits.

Des recherches du journal alémanique montrent que K. a entre temps été condamné via ordonnance pénale à une peine pécuniaire de 8000 francs, à laquelle s'ajoutent les frais de procédure. Si pour la justice l'affaire est réglée, elle ne l'est de loin pas pour la famille, hantée par la mort brutale de Beppi. «Les enfants ont été voir un psychologue. Le benjamin y va toujours.» Selon la mère, le médecin a diagnostiqué chez eux un trouble de stress post-traumatique.

Caméras de surveillance

Et comme K. aurait menacé de se venger, la famille vit quotidiennement dans la peur. «Nous avons installé des caméras tout autour de la maison et ne laissons plus aucune fenêtre ni porte ouverte au rez-de-chaussée.» La maman envisage même de déménager dans un autre canton. (Le Matin)

Créé: 09.11.2018, 07h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.