Mardi 17 juillet 2018 | Dernière mise à jour 13:19

Procès Sa femme tapinait, il piquait ses gains

Un jeune Roumain sera expulsé de Suisse pour avoir contraint son épouse à se prostituer entre Fribourg et Genève. Il dilapidait les revenus de madame en jouant en casino.

La victime a essentiellement travaillé dans cette maison de passes historique de Fribourg, rue de la Grand-Fontaine. En plus d’avoir organisé l’exploitation sexuelle de la mère de ses enfants – illettrée –, le maquereau de 27 ans (médaillon) la tabassait et menaçait de la «punir» si elle sortait boire des verres.

La victime a essentiellement travaillé dans cette maison de passes historique de Fribourg, rue de la Grand-Fontaine. En plus d’avoir organisé l’exploitation sexuelle de la mère de ses enfants – illettrée –, le maquereau de 27 ans (médaillon) la tabassait et menaçait de la «punir» si elle sortait boire des verres. Image: Le Matin/Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Vous ne vous êtes pas rendu compte de ce que vous faisiez pendant des années?… Mais de qui vous foutez-vous?!» Hier au Tribunal fribourgeois de la Sarine, le président Benoît Chassot a rapidement balayé les justifications avancées par Florin*. Un Roumain qui fêtera ses 28 printemps dans deux semaines. Incarcéré pour traite d’êtres humains et blanchiment d’argent depuis son arrestation survenue il y a 15 mois.

L’accusé a admis avoir organisé l’exploitation sexuelle de son épouse d’un an sa cadette, et mère de ses trois enfants. Une compatriote illettrée, «achetée» en 2008 à sa belle-famille – par le paiement d’une dot –, qu’il admet avoir régulièrement frappée.

De la prostitution forcée pratiquée en France, mais aussi à Genève, durant le mois de mars 2015. Et surtout à Fribourg, dans la maison close historique de la ville, sise au milieu de la rue de la Grand-Fontaine. Durant deux longues années; une tante de Florin (également maquerelle) se chargeant des trajets en voiture.

Tante et cousin complices

Sous le nom de «Catiusca» ou «Cathy», la jeune femme a été contrainte de travailler sans préservatif (jusqu’à subir deux interruptions de grossesse), et à un rythme qui lui vaut des douleurs pelviennes chroniques. Avec la collaboration d’un cousin de son conjoint (suspecté d’être le cerveau d’un réseau de proxénétisme), qui était chargé de s’assurer qu’elle ne sorte pas en disco ou boire des verres. Et de lui rappeler qu’en désobéissant son maquereau de mari la «punirait». Pour être certain de la coopération de son épouse, Florin – qui restait en Roumanie – lui rappelait régulièrement qu’il s’agissait du seul revenu du ménage, que sa fille cadette avait peu d’habits et rien à manger, ou prétextait des dépenses d’entretien de leur maison. Quand il ne la menaçait pas d’enlever leurs enfants.

En plus de laisser son téléphone allumé lors des passes afin que son époux puisse l’entendre, «Catiusca» avait l’obligation de compter l’argent qu’elle recevait devant la caméra de son smartphone. Des gains qui oscillaient entre 5000 et 10 000 fr. par mois, transférés à Florin par virements bancaires, parfois récupérés en personne. Ou par avion: caché en billets de 1000 fr. dans le vagin de la sulfureuse tante du proxénète. Des montants qu’il dilapidait dans les casinos de son pays…

21 mois de prison avec sursis

«Au vu de votre collaboration à l’enquête, vous avez une chance énorme de pouvoir bénéficier du sursis», a déclaré le président Chassot au nom de la Cour (cinq juges). Condamné à 15 mois de prison ferme sur une peine totale de 3 ans, l’accusé sera libre une fois expulsé de Suisse. Interdit de séjour durant huit ans, Florin doit s’acquitter d’une peine pécuniaire de 4800 fr. (les 9600 fr. restants sont avec sursis), ainsi que d’une créance de 50 000 fr. destinée à l’État de Fribourg en raison de l’origine illicite de ses revenus.

*Prénom d'emprunt (Le Matin)

Créé: 17.05.2018, 07h11


Sondage

Faites-vous volontiers des dons aux groupes de défense des animaux?




Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.