Mercredi 14 novembre 2018 | Dernière mise à jour 15:58

Neuchâtel Le forcené de Noiraigue était logé chez l'habitant

Le jeune homme blessé par balles par la police neuchâteloise bénéficiait de l’hospitalité d’une villageoise généreuse.

L’immeuble où le forcené a trouvé une chambre à 20 francs la nuit et la rue à droite où la police lui a tiré dessus.

L’immeuble où le forcené a trouvé une chambre à 20 francs la nuit et la rue à droite où la police lui a tiré dessus. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comment le forcené blessé par balles lundi soir à Noiraigue a-t-il attiré l’attention? Selon nos informations, ce jeune homme de 24 ans parti en train de Bienne via Neuchâtel a bénéficié de l’hospitalité d’une villageoise généreuse.

Le jeune homme, qui bénéficie d’un encadrement psychiatrique, a sonné à la porte de l’ancienne Auberge de la Gare, un établissement fermé et transformé en appartements. Le jeune homme est «psychologiquement perturbé» selon les fiches de police, mais sa logeuse occasionnelle l’ignorait.

Présence signalée

L’alcool aidant, le séjour du jeune homme à Noiraigue s’est raccourci. Les propos qu’il tenait au téléphone portable ont fait craindre un suicide, si bien que sa présence a été signalée à la police. Voilà pourquoi une patrouille est intervenue.

C’est alors que le jeune homme qui faisait l'objet d'un signalement par la police bernoise a réagi avec agressivité. Armé de deux couteaux, il a agressé deux policiers qui tentaient de l'interpeller. (Le Matin)

Créé: 06.11.2018, 19h53

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.