Vendredi 23 février 2018 | Dernière mise à jour 13:29

Chavornay (VD) Fourgon braqué: le convoyeur et sa fille remis en liberté

Les trois personnes gardées à vue, ce mardi matin, dans le cadre de l'enquête sur le braquage d'un fourgon ont été relâchés.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le convoyeur du fourgon de transport de fonds braqué en Suisse jeudi soir, sa fille et son co-équipier ont été remis en liberté à l'issue de leur garde à vue en France, selon une source proche du dossier. De nombreuses zones d'ombre subsistent encore.

Leur garde à vue a été «levée à la mi-journée», a indiqué cette source, en refusant de préciser si le trio était définitivement mis hors de cause dans cette affaire d'enlèvement contre rançon. Le montant du butin avait été chiffré entre 20 et 30 millions de francs.

Pas de détail de la police vaudoise

Le trio avait été convoqué samedi après-midi à l'Hôtel de police de Lyon pour être entendu par les enquêteurs et leur garde à vue a débuté lundi, avait auparavant précisé une de ces sources, confirmant une information de la chaîne de télévision française LCI. Cette garde à vue pouvait durer 96 heures.

La police vaudoise ne donne pas de détails supplémentaires. Elle se borne à confirmer qu'il existe «une collaboration franco-suisse tant au niveau des enquêteurs que de la justice». On est sans nouvelles du butin.

Faux plombiers

Selon ses dires, la jeune femme de 22 ans avait été enlevée dans son appartement de Lyon, dans le centre-est de la France jeudi à 18h30, par deux faux plombiers. Après l'avoir ligotée, ils l'auraient contrainte à téléphoner à son père, employé en Suisse par une société de transport de fonds.

Domicilié à Annemasse, dans l'est de la France, ce dernier, qui était en train d'effectuer une tournée avec son collègue dans le canton de Vaud à bord d'un fourgon blindé plein d'argent, aurait alors été forcé d'en remettre le contenu à plusieurs hommes armés qui l'attendaient sur un parking près de Chavornay (VD), non loin de la frontière française.

Une petite partie du butin retrouvée?

Relâchée par ses «ravisseurs», la jeune femme, apparemment «très choquée», avait été découverte par un passant au bord d'une route de l'Ain, département français limitrophe de la Suisse, et conduite à la gendarmerie.

Jointe mardi par l'AFP, la société SOS Surveillance, victime présumée du braquage, s'est refusée à tout commentaire. La source proche du dossier s'est par ailleurs refusée à confirmer une information de presse selon laquelle une «petite partie du butin» aurait été retrouvée «sur indication d'un convoyeur». (ats/nxp)

Créé: 13.02.2018, 15h24


Sondage

Comment trouvez les résultats des Suisses aux JO de PyeongChang?





Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.