Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 22:39

France François Fillon condamné: «Cette décision n'est pas juste»

L'ex-Premier ministre et son épouse Penelope ont respectivement écopé de deux ans ferme et trois ans de prison avec sursis dans l'affaire des emplois fictifs. «Il y aura un nouveau procès», a annoncé leur avocat.

Les époux Fillon lors de leur arrivée au tribunal de Paris le 29 juin 2020.

Les époux Fillon lors de leur arrivée au tribunal de Paris le 29 juin 2020. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien Premier ministre français François Fillon a été condamné lundi à Paris à cinq ans de prison dont deux ferme dans une retentissante affaire d'emplois fictifs qui avait fait dérailler sa campagne présidentielle en 2017.

Le tribunal correctionnel, qui n'a pas prononcé de mandat de dépôt, a assorti cette condamnation d'une amende de 375'000 euros et d'une peine d'inéligibilité de dix ans. Son épouse Penelope a été condamnée à trois ans de prison avec sursis et 375'000 euros d'amende et à deux ans d'inéligibilité.

Les époux Fillon et leur co-prévenu Marc Joulaud, l'ancien suppléant de François Fillon dans le département de la Sarthe (F), dont il était député, ont été en outre condamnés à rembourser plus d'un million d'euros à l'Assemblée nationale.

«Cette décision n'est pas juste»

Les époux Fillon ont fait savoir qu'ils faisaient appel de cette condamnation. «Cette décision, qui n'est pas juste, va être frappée d'appel, il y aura un nouveau procès», a annoncé devant la presse Antonin Lévy, l'avocat de François Fillon. Le jugement a été prononcé en dépit des demandes de la défense de rouvrir les débats, arguant de «pressions» sur l'enquête.

La semaine dernière, la défense de l'ancien champion de la droite qui dénonce depuis trois ans une enquête «à charge», menée en pleine campagne présidentielle, avait demandé la réouverture du procès après des déclarations sur des «pressions» au cours de l'enquête.

Le 10 juin dernier, l'ancienne cheffe du parquet national financier (PNF) Eliane Houlette, aujourd'hui retraitée, s'était émue devant une commission parlementaire du «contrôle très étroit» qu'aurait exercé le parquet général, son autorité de tutelle directe, dans la conduite des investigations lancées en pleine campagne présidentielle de 2017. En France, le parquet est placé sous l'autorité du pouvoir politique par le biais du ministère de la Justice, qui lui délivre des instructions de politique pénale mais a interdiction de lui en donner dans des dossiers individuels.

Ce que décrit Mme Houlette, notamment des demandes pressantes de remontées d'informations, n'a rien d'illégal mais a relancé dans le clan Fillon les accusations d'instrumentalisation de la justice. Donné favori à la présidentielle, le chantre de la droite conservatrice avait finalement été éliminé au premier tour, après une campagne minée par cette affaire révélée par l'hebdomadaire le «Canard Enchaîné». A 66 ans, François Fillon, désormais retraité de la politique, s'est reconverti dans la finance.

«Profond sentiment d'impunité»

Le 10 mars, le PNF avait dénoncé le «profond sentiment d'impunité» de celui qui avait «fait de la probité une marque de fabrique» et requis contre lui cinq ans de prison, dont deux ferme, 375'000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité.

Au coeur du procès figuraient les soupçons de détournement de fonds publics entourant les emplois de collaboratrice parlementaire de Penelope Fillon, poursuivie pour des «prestations fictives ou surévaluées». Ses activités dans la Sarthe auprès de son mari député et de son suppléant, méritaient-elles d'être rémunérées dans le cadre de contrats d'assistante parlementaire?

Entre 1998 et 2013, la discrète Galloise de 64 ans a perçu au total 613'000 euros nets au titre de contrats connus seulement de quelques proches. Les Fillon, dont les avocats ont plaidé la relaxe, ont décrit des tâches certes majoritairement orales (être «les yeux et les oreilles» du député, «donneuse d'ordres» pour le courrier arrivé à leur manoir sarthois...) mais indispensables, selon eux, à la carrière de l'homme politique.

François Fillon s'est évertué à expliquer que le travail de collaborateur est d'autant plus varié lorsque celui-ci est le conjoint, pratique désormais interdite. L'accusation estime au contraire que le tout relève «davantage du rôle social d'un conjoint d'élu» que d'un réel emploi d'assistant parlementaire, lequel est donc «fictif». (afp/Le Matin)

Créé: 29.06.2020, 14h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.