Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 10:16

Canton de Fribourg Les fromagers craignent l'effondrement

Après la fromagerie de Misery, c’est à Guin que des étagères à gruyère se sont écroulées. Les fromagers fribourgeois s’inquiètent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans une cave grande comme une halle de gym, remplie d’étagères de plus de 4 m de haut sur plusieurs couloirs de 20 m de long, pouvant contenir jusqu’à 150 tonnes de gruyère, mieux vaut s’assurer que rien ne puisse s’effondrer. Depuis lundi, tous les fromagers fribourgeois vérifient leur installation afin d’éviter le pire.

Chez le même fournisseur

Et pour cause, mardi passé, les trois quarts des étagères de la cave Bon Fromage, à Guin, ont cédé et 1500 meules sont tombées comme des dominos, a relayé La Liberté. En six mois, cet incident est le deuxième du genre, après la fromagerie de Misery-Courtion en automne dernier, et surtout il concerne le même fournisseur d’étagères, la société Agytec de Balsthal (SO). «Vu l’ampleur des dégâts à Guin et à Misery, on préfère s’assurer que tout soit en ordre chez nous, réagit Benoît Kolly, de la laiterie du Mouret, équipée par la même entreprise. Forcément, cet incident génère une certaine inquiétude. Par précaution, on a donc demandé à ce qu’un contrôle soit effectué.»

A Gumefens aussi, le fromager Grégory Maisonneuve se dit préoccupé par ces deux catastrophes: «C’est tout de même bizarre et inquiétant de savoir que, par deux fois, ces étagères se sont effondrées. Ça fait réfléchir. Dans ma cave, je peux entreposer jusqu’à 3700 meules de 35 kg chacune, donc ça pèse vite lourd. Sans penser aux importantes pertes financières que ça doit être.» Et d’ajouter: «Dans le doute, j’ai mandaté une expertise pour vérifier nos étagères, installées en janvier 2013. On n’a pas remarqué de soucis de sécurité, mais entre mes employés qui y travaillent et les visites que j’organise, il ne faudrait surtout pas que ça m’arrive.»

Une pièce dévissée

De nombreux fromagers ont donc suivi les conseils de la circulaire envoyée par l’Interprofession du gruyère, soit de renforcer les installations et, pour limiter le risque, de laisser vides les étages les plus élevés.

Une semaine après l’effondrement de sa cave, le fromager Olivier Bongard, propriétaire de Bon Fromage, ne s’explique toujours pas comment cela a pu se produire. «Je n’ai aucune idée de ce qu’il s’est passé, lâche-t-il, désespéré. Je me trouvais avec une deuxième personne dans la cave. On a été effrayé par un grand bruit et tout est tombé. On a eu de la chance de ne pas être blessés. On attend de voir, car une enquête est en cours.» Selon les premiers éléments établis par la police, le rayonnage s’est effondré car une pièce a été dévissée.

Contacté, le copropriétaire de l’entreprise Agytec, Richard Gyger, préfère attendre «les résultats des expertises», mais il concède que «c’est une intervention extérieure qui a dû provoquer cette chute. Il semble qu’il manque une vis.» Afin de rassurer ses clients, Richard Gyger les a contactés et propose des vérifications de leur cave. «On se fait beaucoup de soucis, avec tous les dégâts matériels qu’il y a eus. Comme près de la moitié des fromagers des cantons de Vaud et de Fribourg sont équipés de nos étagères, on se doit de les appeler.» Dans l’affaire de la fromagerie de Misery, les responsabilités ne sont pas encore établies, bien que le constructeur estime qu’«il a été admis que c’est un câble mal remis en place qui a provoqué la chute des étagères».

Malgré ces deux catastrophes, la solidarité entre fromagers a bien fonctionné. Celui de Guin a pu sauver 630 meules et les déposer chez deux confrères. Restera encore à chiffrer le montant exact des dégâts matériels.

Créé: 19.03.2015, 11h28

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.