Mardi 22 août 2017 | Dernière mise à jour 18:23

Grégory Affaire Grégory: Jacqueline et Marcel Jacob inculpés

La grand-tante du petit Grégory et son époux étaient en garde à vue depuis mercredi matin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La grand-tante du petit Grégory, Jacqueline Jacob, a été inculpée pour enlèvement et séquestration suivie de mort, 32 ans après le meurtre de cet enfant de quatre ans retrouvé mort dans un cours d'eau dans l'est de la France, a-t-on appris de source proche du dossier.

Jacqueline Jacob, 85 ans, la tante du père de l'enfant assassiné, a quitté le palais de justice de Dijon (est) escortée par plusieurs gendarmes, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le grand-oncle du petit Grégory, Marcel Jacob, a été inculpé vendredi pour enlèvement et séquestration suivie de mort, 32 ans après le meurtre de l'enfant retrouvé pieds et poings liés dans un cours d'eau, a appris l'AFP de sources proches du dossier. M. Jacob, 71 ans, a été placé en détention provisoire.

Le procureur général Jean-Jacques Bosc organise une conférence de presse à 14H00 GMT vendredi sur cette affaire qui reste l'une des plus grandes énigmes criminelles françaises. Une belle-soeur du père de l'enfant, Ginette Villemin, avait été placée en garde à vue mercredi avant d'être remise en liberté le lendemain, et les grands-parents paternels de l'enfant ont été entendus comme témoins à leur domicile dans les Vosges (est de la France).

Marcel Jacob et Michel Villemin, l'oncle aujourd'hui décédé de Grégory, étaient très liés à Bernard Laroche, premier suspect de l'affaire, tué en 1985 par Jean-Marie, le père de l'enfant qui le pensait coupable.

Le «clan Laroche» se retrouve de nouveau au centre de l'enquête, relancée par l'analyse graphologique des lettres de menaces et autres courriers anonymes envoyés par un mystérieux «corbeau».

De nouvelles expertises sur une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée au père de Grégory en 1983, avant la mort de l'enfant, orientent les soupçons des enquêteurs sur Jacqueline Jacob.

Une autre lettre revendiquant le meurtre de l'enfant postée avant la découverte du corps, invoquait une «vengeance». Ce courrier intéresse particulièrement les enquêteurs: si les expertises n'ont pas permis d'en identifier l'auteur, la justice constate «une similitude importante des termes» utilisés dans ce document et dans la lettre de 1983.

Créé: 16.06.2017, 17h06


Sondage

Voiture automatique ou manuelle, Berne propose un seul permis. Est-ce dangereux?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.